Achats

THéo COurant

Voyager en Asie du Sud-Est

fr-FRen-GB

Achats

Bangkok dispose d’une quantité incroyable de lieux destinés aux commerces : que ce soit les marchés de jour, de nuit ou flottants, il y a là une ressource unique. A cela s’ajoute également un nombre conséquent de Mall.

Les 4 grands types de commerce à Bangkok

Faire la liste de tous les types de commerces à Bangkok est chose impossible. Il est cependant possible de les ranger dans de très grandes catégories. De fait, il en ressort quatre.

Ainsi, les marchés flottants apparaissent aux yeux de beaucoup comme un vrai spectacle, un témoignage d’une pratique commerciale unique et dans un certain sens une manifestation totalement exotique.

Les Mall ou Malls sont pour beaucoup le lieu du capitalisme de masse avec des magasins et des marques que l’on retrouve partout dans le monde. Cependant les mall de Bangkok sont aussi des bâtiments uniques, des ambiances toutes particulières (que l’on apprécie ou pas), mais qui représentent aussi un visage de la Thaïlande que l’on ne peut ignorer.

Même si les marchés de jour sont semblables à beaucoup d’autres marchés dans le monde, il n’en demeure pas moins que c’est aussi le lieu où l’on peut découvrir de produits, denrées que l’on ne connait pas. C’est aussi une ambiance, des odeurs (troublantes bien souvent), des couleurs, des pratiques uniques, etc. Il y a une grande variété de marchés de jour dans lesquels on trouve de tout : des légumes aux vêtements, de la hifi aux copies, de l’informatique au vintage… Le choix est vaste donc voici une liste des petits et des grands marchés de la capitale…

Enfin les marchés de nuit. Lieux uniques où l’on vient tout autant pour acheter, que pour manger que pour boire et écouter de la musique. Véritables institution en Asie, les marchés de nuit de la capitale sont à voir. C’est des marchés où il fait bon de passer du temps seul ou à plusieurs. C’est tout autant un lieu commercial qu’un lieu de divertissement.

Vous retrouvez les liens de ces 4 catégories ci-dessus. Dans chacune d’elles, une liste des principaux commerces avec toutes les infos pratiques sur le lieu, les transports, les horaires d’ouverture, les transports, etc.

L’achat, la négociation …

On marchande ou on ne marchande pas ?

La question mérité d’être posée. Si en Europe il est d’usage que les commerçants affichent les prix, en Thaïlande cette pratique n’est pas systématique. Du coup, cette absence est une porte ouverte à la question : est-ce le prix réel ou pas ?

De fait, il y a deux écoles : la première considère qu’on se doit de tout négocier. Soit parce que c’est dans la nature de la personne, soit parce que l’on considère qu’en tant qu’étranger, le prix a subi une majoration substantielle… Si l’affirmation n’est pas fausse, elle n’est cependant pas systématique.

L’autre école est plus nuancée. Si l’on négocie c’est uniquement pour des marchandises bien spécifiques et achetées dans un lieu bien précis. Par exemple, négocier à Kao San Road apparaît logique, mais cette rue et surtout les pratiques commerciales de cette rue sont spécifiques et ne peuvent être généralisées pour tous les commerces de Bangkok et de Thaïlande. Nombre de boutiques ou de marchés présentent des prix qui sont fixes et sont identiques pour tous.

Il faut donc faire attention aux stéréotypes classiques concernant le commerce en Asie, la négociation est de l’ordre de l’exception jamais de l’ordre du quotidien. Cela concerne certains achats, dans des lieux bien souvent touristiques dans lequel il est bon de rechercher une négociation tendant vers le fameux concept du win-win (qui par ailleurs ne repose sur aucune certitude).

On négocie pour quoi ?

Il est bon parfois de bien réfléchir sur quoi on négocie et avec qui. La négociation est chose subtile; elle doit aussi faire appel à un savoir-faire mais aussi à un savoir-vivre. Pour cela, il suffit de se poser quelques questions basiques : à partir de combien on négocie et pour quel rabais. Est-ce bien raisonnable de se prendre la tête pendant 15 minutes pour une diminution de quelques baht ? Un marchandage pour un rabais de 20 baht, mérite-t-il une perte de temps ? 20 baht c’est combien d’euros ? Pas grand chose mais peut-être beaucoup pour le vendeur.

En effet, à qui achète-t-on ? Nombreux sont les voyageurs et voyageuses à vouloir un produit artisanal comme un tissu traditionnel. Ces objets sont fait à la main, leurs fabrications font preuve d’une transmission unique d’un savoir-faire. Il ne s’agit pas alors d’acheter un produit importé mais d’un article totalement singulier. L’achat n’est pas réalisé auprès d’un industriel mais bien souvent auprès d’une famille. Vouloir une pièce unique ça se paye. Dans le cas contraire, il faut alors oublier l’éthique et se dire que le désir l’emporte sur la raison. Alors comment faire ? L’observation et le bon-sens suffisent bien souvent à éclairer la situation, pour cela prendre son temps…

Comment payer ?

En Thaïlande, plusieurs moyens de paiement sont acceptés :

  • Le liquide. Sans aucun doute le moyen le plus commun et le plus pratique. Cependant, pour les gros achats, il est préférable d’utiliser d’autres moyens.
  • Les cartes bancaires : crédit ou débit, elles sont généralement toutes acceptées. On trouve également des distributeurs (ATM) un peu partout. L’inconvénient concerne les taxes/pénalités/frais que prennent les banques traditionnelles du pays d’origine mais aussi des commerces thaïlandais. Il est recommandé de demander avant de payer si l’établissement n’ajoute pas une commission ou une majoration (elle est d’environ 3%).
  • Le transfert : Les personnes possédant un compte en Thaïlande peuvent facilement payer de compte en compte via des applications téléphoniques. Super facile et super pratique.
  • PayPal : moyen de paiement moins courant, il est de temps en temps proposé. Attention cependant selon le pays d’origine, les transferts peuvent être bloqués.

Attention : les chèques ne sont évidemment pas acceptés. Les travellers cheques ne sont plus acceptés 😃 …

La monnaie

La monnaie nationale thaïlandaise est le baht. Elle a été introduite sous le règne de Rama IV. On n’utilise pas de devise étrangère pour payer en Thaïlande. Si l’on dispose d’euros, de dollars ou tout autre monnaie étrangère, il est nécessaire de changer dans un bureau de change ou dans une banque.

Les différentes pièces de monnaie le plus couramment utilisées

  • 0.5 baht
  • 1 baht en nickel
  • 2 bahts en bronze d’aluminium - légèrement plus grosse que la pièce de 1 bath
  • 5 bahts en nickel
  • 10 bahts bi-métallique

Les billets de banque

  • 20 bahts
  • 50 bahts
  • 100 bahts
  • 500 bahts
  • 1 000 bahts

Doit-on venir en Thaïlande avec du liquide ?

monney-thailand

Question que beaucoup se posent lors d’un voyage en Thaïlande : “prendre du liquide sur soi ou pas et changer sur place ?”

La réponse n’est pas si simple : si c’est pour éviter des frais, c’est raté. Les bureaux de change prennent leurs commissions. D’un bureau à l’autre le taux peut varier plus ou moins. A cela s’ajoute les risques de perdre l’argent… Sans doute est-il plus pratique d’utiliser une carte bancaire pour retirer les sommes désirées. Seul inconvénient là aussi : des taxes lorsqu’on retire (de 150 à 350 baht selon la banque) et des taxes de la banque de son pays d’origine.

Pour éviter ce souci, on peut amoindrir l’impact des commissions et des taxes via des cartes bancaires des néobanques du style Revolut. Cependant, on n’échappe pas à des commissions mais ces banques offrent de meilleurs taux.

Enfin, pour ceux et celles qui ont des amis (fiables) vivant en Thaïlande, il est possible de faire un transfert sur leur compte. Ces derniers peuvent alors rendre l’argent une fois sur place. C’est sans aucun doute le moyen le plus efficace pour éviter des commissions ou des taxes parfois lourdes pour un budget voyage !