Un fruit d'Asie, un goût, le Mangoustan

THéo COurant

Voyager en Asie du Sud-Est

fr-FRen-GB

Un fruit d'Asie, un goût, le Mangoustan

Pour le voyageur, découvrir l’Asie s’apparente bien souvent à la découverte de nouveaux goûts, de nouvelles saveurs, de nouvelles textures comme le mangoustan…

Un-fruit-dAsie-un-goût-le-Mango-Steen-2

Le mango steen, mangoustan ou le fruit du mangoustanier est typiquement un fruit d’Asie. En effet, on le trouve essentiellement en Thaïlande, en Malaisie, en Indonésie.

Un fruit local

On en trouve sur de nombreux étals de marché en Thaïlande à des prix très abordables – selon la taille, le prix varie entre 15 et 30 bahts le kilo. La pleine saison part de juin à mi-septembre.

C’est un fruit bon marché car sa production est essentiellement locale. La Thaïlande est l’un des principaux producteurs de mangoustan au monde. Il est peu exporté comme denrée mais plus comme adjuvant pour les produits cosmétiques comme le savon.

A noter : La floraison se passe de mai à juin. Les fleurs de mangoustaniers  se rapprochent en de nombreux points de celles du tiaré, elles sont légèrement plus jaunes mais avec une odeur tout aussi enivrante.

Un-fruit-dAsie-un-goût-le-Mango-Steen

La mangoustan

Son  goût bien particulier oscille entre acidité et sucré. C’est un fruit doux au parfum assez discret. Cependant, la texture du mangoustan peut déranger surtout quand le fruit est bien mûr.

D’une circonférence d’environ 18 cm, il a une peau épaisse noir violacée (quand il est mûr) et qui est non comestible. Si on la croque, on se rend compte très rapidement de son amertume. Cette gangue – péricarpe – contient des quartiers de chair blanche ressemblant aux quartiers de mandarine – arille. L’arille contient deux à trois graines qui ne sont pas dérangeantes quand on le mange, mais qui complique la tâche si l’on souhaite en faire un shake ou un cocktail.

Le mangoustan est riche en calcium et en vitamines A et C. Il a aussi des vertus antioxydants comme de nombreux fruits par ailleurs. Le petit hic de ce dernier est qu’on ne peut le cuire. La chair perd son goût et devient insipide dès le début de cuisson. D’où la grosse difficulté d’en trouver en confiture, en sirop… c’est un fruit qui se mange, essentiellement, frais !