Théo Courant

 

Chroniques quotidiennes d'infos culturelles, de trucs et astuces pour les voyageurs et autres curieux en Asie du Sud-Est!



THeoCOurant

Le charmant Nai Lert Park

Le Nai Lert Park est l’un des plus anciens parc de la capitale. Méconnu du grand public, il est pourtant un lieu des plus raffinés et des plus agréables de Bangkok. Présentation.

L’actualité du parc Nai Lert tourne essentiellement autour du fameux festival des fleurs “Nai Lert Flowers and Garden Art”. Le parc est étrangement peu présent dans les circuits ou dans les présentations des espaces verts de la capitale.

Sans doute, le fait qu’il s’agisse d’un parc de taille moyenne et qu’il soit situé entre les grandes tours de Chit Lom et de Phloem Chit jouent peut-être en sa défaveur. Mais peu importe, car sa discrétion en fait un atout, le préservant du monde et des agitations.

Histoire d’un parc et d’une famille

Si le parc apparait aussi finement abouti, c’est qu’il ne s’agit pas d’une élaboration d’urbanistes voulant satisfaire les bons vouloirs de politiques écologistes à la va-vite. Non, le parc est intrinsèquement lié à l’histoire d’un homme Nai Lert Phraya Bhakdinoraseth. Ce dernier est né en 1872. Fils d’entrepreneur, il va multiplier la richesse familiale par ses idées avant-gardistes et progressistes. Cependant, si une partie de son attention était tournée vers la modernité européenne, l’autre était concentrée sur la préservation de la culture et de la tradition du grand royaume de Siam.

Le parc et la maison que l’on visite aujourd’hui en sont la preuve.

Un parc et un musée

En effet, si la mort vient frapper trop rapidement cet homme reconnu, son héritage le poursuit. Ainsi, sa famille a ouvert cet espace privé au regard de tous. Depuis 2012, la maison est devenu un musée où les objets d’antan sont autant de témoignages sur un style de vie que sur une époque révolue. La maison est à visiter car elle regorge d’objets et de pièces de grandes finesses et de savoir-faire.

Le Nai Lert Park

Le Nai Lert Park ne fait que deux hectares, mais son agencement rattrape cette modeste superficie. On peut ainsi profiter pleinement de la fraicheur du petit étang juste à l’ombre d’arbres qui ont traversé les siècles.

 

Sur le côté, on peut découvrir un autel dédié à Chao Mae Tuptim. Tout autour de lui des phallus. A l’origine, il a été érigé par Nai Lert Phraya Bhadinoraset en personne. Il voulait ainsi honorer le dieu chinois de la prospérité, de l’abondance et de la fertilité. Les phallus offerts encore de nous jours témoignent de la persistance de cette croyance, surtout quand l’autel se situe dans le jardin d’un milliardaire.

Non loin de là, se trouve également un pavillon en fer forgé d’une belle facture pouvant accueillir des expositions ou des cérémonies. Enfin deux restaurants profitent de ce cadre : Ma Maison et Lady L.

Le premier comme son nom le sous-entend est un restaurant français. Très beau, très chic. Le second mélange gastronomie fine avec des plats plus communs comme les pizzas. Les prix des 2 restaurants sont assez onéreux, mais idéal pour boire un café et déguster une petite douceur.

Dans tous les cas, le parc Nai Lert est un petit refuge, une petite bulle dans un quartier extrêmement dynamique et bruyant. C’est une pause parfaite.

 

Tagged under

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :