Theo Courant

Chroniques quotidiennes d'infos culturelles, de trucs et astuces pour les voyageurs et autres curieux en Asie du Sud-Est : Thaïlande, Myanmar, Cambodge et Laos.



THeoCOurant

Myanmar, ses voies fluviales, ses ferrys, ses bateaux

Avec ses nombreuses voies fluviales, le Myanmar peut se laisser découvrir en  ferry ou en bateaux. C’est un moyen de locomotion doux voire relaxant que peu de touristes empruntent. Toutes les infos pratiques.


Myanmar, ses voies fluviales, ses ferrys, ses bateaux Ayeyarwady – l’Irrawaddy

Le Myanmar possède plus de 8 000 km de voies navigables réparties le long de ses principaux affluents que sont l’ – le Twante Chaung – reliant l’Irrawaddy à Yangon –, la rivière Chindwin et le Thanlwin. C’est sans aucun doute l’un des pays d’Asie du Sud-Est qui exploite le mieux ses voies fluviales.

Depuis Yangon

Depuis Yangon, on peutMyanmar, ses voies fluviales, ses ferrys, ses bateaux Ayeyarwady – l’Irrawaddy facilement aller dans le sud :

  • Patheim qui permet d’aller vers la mer
  • Bogale début du delta.

A l’inverse il n’est plus possible de se rendre dans le nord du pays depuis Rangoon. Il y a des bateaux mais les étrangers ne sont pas autorisés à embarquer.

Que ce soit pour Patheim ou Bogale, les distances sont peu impressionnantes d’une ville à l’autre, de nombreux paramètres doivent être pris en compte. En effet la période de l’année, l’état du bateau, le niveau de l’eau, etc. sont des variables importantes.

Ce moyen de locomotion est sans aucun doute fantastique. Mais il faut du  temps et de la patience surtout si l’on choisit la compagnie publique.

Depuis Mandalay

2 voies fluviales peuvent être empruntées depuis Mandalay :

  • Pour Bagan : c’est le chemin le plus connu et le plus fréquenté. Le nombre d’offres est conséquent. Pour toutes les informations voir ce post.
  • Pour Myitkyina, au nord du pays. Loin des croisettes pour Bagan, la remontée du fleuve se fait avec une plus grande difficulté, mais c’est un Myanmar authentique qui se laisse alors découvrir.

Depuis Hpa-An

Direction Mawlamyine depuis la sympathique bourgade d’Hpa-An. C’est une des voies fluviales les plus courtes ouverte aux étrangers. Il n’y a qu’un départ par jour (tôt le matin). Si la brume n’est pas trop dense, cela permet de découvrir un paysage enchanteur (au début).

Monywa (Mrauk U) – Sitwe – Ma-ei

Une superbe opportunité pour découvrir des paysages uniques, seul gros inconvénient, l’instabilité de la région. C’était une région qui venait juste de s’ouvrir avec les derniers évènements liés à la question très douloureuse des Rohingyas, c’est une destination qui reste en suspend. A éviter.

Mergui – Kawthaung

Depuis Mergui, le meilleur moyen pour rejoindre la pointe sud du Myanmar et le frontière thaïlandaise demeure le bateau. Ici, on embarque dans un bras de mer/fleuve, forme de lagune, non loin d’une base militaire. Le voyage se passe ensuite en mer (loin des voies fluviales des rivières donc). On passe dans l’archipel Mergui, on aperçoit au loin nombre d’îles, c’est un voyage plaisant pour rejoindre Kawthoung.

Des routes maritimes de plus en plus ouvertes

Depuis quelques années, on trouve de plus en plus de compagnies privées proposant des croisières et autres traversées de luxe aux touristes. Les prix sont souvent excessifs et les offres sont limitées en package. Les principales se concentrent surtout entre Mandalay et Bagan.

Pour les voyageurs moins fortunés, il faut se tourner vers la principale flottille qui appartient à l’agence gouvernementale l’Inland Water Transport (http://www.iwt.gov.mm/, No.50, Pansodan Street Myanmar Tel +95-1 381912, 381910, 384253, 380753). Elle peut s’enorgueillir de posséder la modeste armada de 413 navires. Elle transporte plus de 15 millions de passagers et plus de 2 millions de tonnes de marchandises par an.

Les aléas climatiques versus tourisme

Les horaires fluctuent selon la saison et les bateaux – certains ferrys ou autres bateaux sont parfois très âgés. Il est alors conseillé de se renseigner soit à l’embarcadère soit directement aux bureaux du ITW. Les guesthouses et hôtels sont souvent peu informés sur les horaires, les prix, etc. Ils n’encouragent pas vraiment les voyageurs à prendre ce moyen de transport.
Dans tous les cas, le bateau offre une très belle fenêtre sur le pays. Cependant, il faut avoir du temps, beaucoup de temps et de la patience !
Selon la saison, il faut parfois bien s’équiper car les nuits peuvent être fraîches sur le pont. On peut facilement trouver de quoi grignoter. Cependant, au bout de quelques jours (il arrive que le bateau ait quelques soucis de moteur ou de banc de sable changeant…) le menu est un peu redondant !

Myanmar, ses voies fluviales, ses ferrys, ses bateaux Ayeyarwady – l’IrrawaddyRemarque :

Les touristes occidentaux sont autorisés à naviguer sur certains ferrys. Il faut se renseigner auprès du MTT (Myanmar Travel and Tour) ou du IWT pour savoir s’il est nécessaire d’obtenir un permis ou pas.

 

Indications des jours de départs et fréquences (à titre indicatif – successible de changer selon météo et saison).

 

Tagged under

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

11 Partages
Partagez11
Tweetez
Partagez
Enregistrer