Varan : viens ici mon gros lézard thaïlandais…

THéo COurant

Voyager en Asie du Sud-Est

fr-FRen-GB

Varan : viens ici mon gros lézard thaïlandais…

La Thaïlande est le refuge d’une espèce qui impressionne toujours le néophyte, le varan malais.  Ce lézard ou plutôt ce saurien aime autant la ville que la campagne …  Tour de la bête.

Varan : viens ici mon gros lézard thaïlandais…

Le varanus salvator

Le varan malais, de son nom savant varanus salvator, est une bête qui ne laisse pas indifférent.  Loin, mais très loin des lézards que l’on peut voir en Europe, le varan malais peut atteindre 3 mètres de long pour un poids de 60 kilos. Pas mal. Ce mastodonte, qui avoisine plus généralement les 2 mètres, vit la plupart du temps dans l’eau. Il y passe ses nuits et niche donc toujours au bord des rivières, des lacs ou dans les marécages. Il est donc parfaitement à son aise en Thaïlande et plus encore en saison des pluies. Cette période est pour lui le moment de la reproduction, saison des amours sauriens où les femelles varans pondent – oui, le varan est ovipare – quelques œufs, une trentaine, à l’abri des prédateurs. En effet, les amateurs de petits varans sont nombreux à commencer par ces congénères. La vie de varan est parfois compliquée, car au-delà des prédateurs naturels, se rajoute évidemment le plus stupide de tous, l’homme.

Braconnage et superstitions

Même s’il est protégé en Thaïlande, le varan est chassé par quelques braconniers thaïlandais. Il est alors vendu sur le marché chinois… Il finira séché sur des bâtons, puis en poudre ou en lamelle pour des infusions ou des plats d’un autre âge. Certains seront gardés en captivité et d’autres empaillés tels des talismans qui portent chance …

Dangereux ou pas ?

varan-bangkok

Le varan malais est pourtant inoffensif. Il aime surtout se sustenter de poissons, d’insectes, de petits oiseaux, d’œufs, de quelques herbes et de charognes. Il a donc un menu varié et est peu difficile.

On lui attribue beaucoup d’histoires concernant des attaques envers l’homme mais de fait il n’en est rien. Ces histoires sont souvent dues à la confusion entre le varan malais et le varan de Komodo. Cousin proche, le varan de Komodo est lui plus gros, plus agressif et beaucoup plus dangereux pour l’homme. Tous deux ont une mâchoire solide. Cependant, celle du Komodo est agrémentée d’une salive bourrée de bactéries et d’autres petits trucs qui infecte toute personne mordue.

Cet amalgame courant entre les deux espèces, peut être illustré par une histoire rapportée par le Bangkok Post. Lors de la première visite de Barack Obama à Bangkok, le service de sécurité thaïlandais a été tout d’un coup alerté par des coups de feu provenant du jardin de l’hôtel où résidait le chef de l’état. En fait, il s’agissait, du service de sécurité américain qui avait vu débarquer nonchalamment un varan. Voyant dans ce gros lézard une substantielle menace, tel un godzilla des marais, les cowboys ont fait feu sur le varan qui était venu, comme à son habitude, se mettre à l’ombre.

Varan : viens ici mon gros lézard thaïlandais…Varan : viens ici mon gros lézard thaïlandais…

Où voir des varans ?

Dès qu’il y a de l’eau, en Thaïlande, le varan n’est pas loin… mais la densité des varans est plus importante sur les rivières Kwaï Noi et Kwaï Yai et surtout dans la province de Kanchanaburi. Si vous êtes à Bangkok, vous en verrez dans tous les parcs publics avec un lac ou un cours d’eau tel que le  parc Lumpin,  le parc Prapradaeng ou non loin des khlongs. Attention les varans sont d’excellents grimpeurs. Au parc Lumpini pensez à regarder dans les arbres au bord du lac. En effet, quelques-uns aiment y rester afin d’observer les touristes qui cherchent ces maudits varans…

En complément

Varan-viens-ici-mon-gros-lézard-thaïlandais…