Une île, Koh Jum / Koh Jam : comment s’y rendre ?

THéo COurant

Voyager en Asie du Sud-Est

fr-FRen-GB

Une île, Koh Jum / Koh Jam : comment s’y rendre ?

Si Koh Jum ou Koh Jam est une île tranquille, éloignée du tourisme de masse, il n’en demeure pas moins qu’il est nécessaire d’avoir quelques informations pour pouvoir s’y rendre facilement.

Une île, Koh Jum/Jam : comment s’y rendre ?

Ferry

Des ferry et de speedboat assurent la liaison entre Koh Jum - Krabi et Koh Lanta. Les ferry s’approchent de l’île, mais n’y accostent pas. Ce sont les bateaux - les longtails - qui embarquent les passagers pour Koh Jum. Une fois à bord, il est nécessaire de préciser l’hôtel ou la plage sur laquelle on souhaite se rendre.

Normalement si vous avez fait une réservation auprès d’un hôtel, ces derniers se chargeront du transfert (à l’aller comme au retour).

Les embarcadères :

Depuis Krabi, il y a deux embarcadères.

  • En haute saison (novembre - avril), les ferry partent depuis l’embarcadère de Kong Ka

  • En basse saison, des petits bateaux partent de Laem kruat.

Se rendre au port de Laem Kruat

Pour se rendre à Laem Kruat depuis Ao Lang Beach, il est possible de prendre un songthaew. Normalement la direction et les arrêts sont marqués sur le songthaew, il suffit de lire et de héler poliment le véhicule. C’est le moyen le plus économique, pas le plus rapide, mais pratique car on trouve des songthaews toute la journée. Ils vont jusqu’au Lean Kruat Pier.

Plus rapide, il y a aussi des minibus d’Ao Nang Beach ou de la gare de bus de Krabi Town. Encore plus rapide, le taxi ! Pour en réserver un ou réserver un van c’est ici.

Une fois au petit port, il suffit de demander quels sont les bateaux qui se rendent sur l’île. Attention, il s’agit parfois de petits bateaux de ravitaillements ou de traditionnels longtails.

Il faut compter environ 45 minutes de trajets (plus ou moins selon l’état du bateau) et dans les 70 bahts par personne. Ils ne s’arrêtent pas aux hôtels, mais le plus souvent du côté des villages. De là, prendre un « taxi », en négociant un tant soit peu, la course.

Avertissement :

En saison des pluies, il est parfois très difficile de trouver un bateau voulant faire la route et il arrive aussi que les ferries, en raison des conditions climatiques, ne puissent pas s’arrêter non loin de Koh Jum (la houle ne favorisant pas l’accostage des longtails).