Théo Courant

 

Chroniques quotidiennes d'infos culturelles, de trucs et astuces pour les voyageurs et autres curieux en Asie du Sud-Est : Thaïlande, Myanmar, Cambodge et Laos.



THeoCOurant

Khon Kaen : Art Brut ou dévotion compulsive – Wat Pa Kham

Entre Khon Kaen et Udon Thani, le Wat Pa Kham Hua Chang est un lieu totalement singulier par sa collection frénétique d’éléphants et autres bizarreries. Petit tour d’un wat pas comme les autres.

Wat Pa Kham Hua Chang Khon Kaen Thailand

De la route …

Il est facile pour un automobiliste roulant sur la route n°2 entre Khon Kaen et Udon Thani de trouver le Wat Pa Kham Hua Chang. Soit son regard est capté par une succession d’éléphants tout autour d’un petit bâtiment. Soit les klaxons des autres automobilistes éveille sa curiosité alors qu’aucun danger ou erreur de conduite pouvait motiver une telle action.

La raison est simple. En effet, tout automobiliste quelque peu superstitieux ou peut-être cabotin en apercevant le fameux Wat ne peut s’empêcher de montrer ou du moins de faire un signe de reconnaissance à ce lieu de croyance bien étrange.

Wat Pa Kham Hua Chang Khon Kaen Thailand

Le Wat Pa Kham Hua Chang

Une fois que l’automobiliste ou le conducteur farang a compris que ce lieu avait l’air totalement décalé et qu’il s’est rabattu au dernier moment sur le bas côté (en se faisant cette fois-ci klaxonner pour de bon), les surprises vont s’enchainer.

Wat Pa Kham Hua Chang Khon Kaen Thailand

Tout d’abord, la collection des éléphants. Il y en a de toute les tailles. De la réplique à la miniature, de toutes les couleurs des naturelles au rose bien flashy (hé oui ! une fois dans sa vie voir un éléphant rose à jeun), avec toutes les expressions possibles. Alignés le long des allés, entassés dans le moindre recoin, le nombre d’éléphants est incroyable. Combien sont-ils ? Des centaines voire des milliers ? L’évaluation apparait un jeu difficile (lecteur.e si tu as une idée : donnes nous une réponse !).

Tous sont tournés vers un petit bâtiment. Sur le toit trône un éléphant se prosternant devant une fluette statue de Bouddha. L’intérieur n’a rien à envier aux autres lieux de cultes habituels.

Wat Pa Kham Hua Chang Khon Kaen Thailand

Des éléphants mais pas que …

En effet, à l’arrière une autre surprise attend le visiteur : une énorme statue d’un sage en pleine construction… Le visage est situé sous un hangar à l’abri. Les fidèles y viennent prier et l’honorer en lui collant des feuilles d’or. 2 à 300 mètres plus loin, dans un champ se succèdent dans les herbes sauvages : le front plissé, l’oreille droite et l’oreille gauche. Ces trois parties semblent ne pas avoir autant de sacralité que le saint visage …

La visite se poursuit par plusieurs hangars ayant chacun un petit quelque chose de décalé. Pour l’un c’est une collection de maquettes d’avion. Pour l’autre ce sont de vieux manèges pour enfant hors d’état de marche. Enfin, pour un autre encore c’est un cercueil dans lequel une squelette se relève toute les 10 secondes en psalmodiant quelques prières…

Wat Pa Kham Hua Chang Khon Kaen Thailand

Dans chacun d’eux, on trouve des morceaux de tronc de banian sur lesquels ont été attachés des tissus multicolores.

La description serait encore longue tant le lieu est riche. L’intention du propriétaire ou des membres de cette communauté est assez singulière. On ne peut s’empêcher de penser que ces derniers ou ce dernier sans le savoir ont fait une démarche bien plus que votive mais bien artistique se joignant à ce courant si étonnant qu’est l’art brut.

Tagged under

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

14 Partages
Partagez14
Tweetez
Partagez
Enregistrer