Balade autour de 3 Wat – épisode 15 – China Town

Lieu incontournable pour tous les visiteurs se rendant à Bangkok, China Town attire autant pour sa vie hyperactive et que pour ses incroyables breloques. Mais l’autre particularité de China Town c’est le un nombre incroyable de temples que l’on trouve à tous les coins de rue. Plus ou moins grands, plus ou moins beaux, ils façonnent le quartier. En voici 3.

Balade autour de 3 Wat – épisode 14 – China Town : Le temple Li Thi PiewLes 3 temples que nous présentons ici sont peu éloignés les uns des autres, ils illustrent parfaitement les styles et la créativité des croyants pour honorer dieux et esprits. Ils sont tous les 3 proches de du fameux  Wat Traimit ou Temple du Bouddha d’or  et du très spécial temple Chao Kuan Oo

Le Wat Kamina Tuyaram

Commençons notre petite balade par un lieu bouddhiste theravada, dans la pure tradition thaïe. Le temple n’est pas en soi une construction des plus originales, même si les premières pierres ont été posées dès 1864. C’est un bâtiment en soi assez traditionnel, avec un Ubosot respectant les règles et construit avec des matériaux nobles tels que marbre et feuilles d’or pour la décoration du plafond. A l’extérieur, des fleurs en stucs ajoutent comme souvent un côté chaleureux et délicat à l’ensemble. En fait le plus surprenant, ce n’est pas tant le Wat Kamina que l’étrange pratique des habitants qui créent à base de cordages multicolores des macramés géants pouvant faire penser à des attrapes-rêves. En tout cas le résultat est unique, dont la plastique est somme toute poétique.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Wat Mangkon Kamalawat

Autre temple bouddhiste, le Wat Mangkon laisse entrevoir l’influence chinoise. Demeurant un temple bouddhiste de la branche mahayana, on découvre ci et là des statues de génies de la tradition chinoise (taoïste et confucianiste). Le Wat se trouve au fond d’une cour, on le devine de loin et se laisse découvrir petit à petit. De fait, on se rend compte qu’il est bien plus grand que ce que l’on aurait pu croire. Il a été érigé en 1871, sa chambre d’ordination (Ubosot) est décorée d’animaux, de dragons, de fleurs et de feuilles (de banian entre autre). L’autre pièce importante demeure la salle des sermons (Wiharn) où quotidiennement se déroulent les rites et les prières de la communauté. Un peu partout, on note la présence de statues de saints chinois dont les 4 immenses des « gardiens du monde » avec leur costume de guerrier.

Le Wat Mangkon est fréquenté tous les jours par les fidèles qui viennent chercher et espérer la bonne fortune… Le Wat accueille en son sein une école de jeunes moines qui vont et viennent toute la journée au rythme des prières et des obligations de cénobite.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le temple Li Thi Piew

Temple ayant une atmosphère toute particulière, il est également remarquable par sa richesse tant les peintures et les fresques sont fines et nombreuses, les statues imposantes de sacralité. On y vient brûler des bougies et de l’encens – trois bâtons pour Bouddha et neuf pour la famille royale – le temple est empli de fumée et de cette odeur si caractéristique de l’encens.

Nombreux sont ceux et celles qui viennent remuer les bâtons de la chance et espérer que le numéro dévoilé apportera le message tant désiré. C’est un des temples chinois de la capitale les plus charmants que l’on puisse voir, loin des appareils photos des touristes et pourtant si proche des venelles encombrées par les tour-operators. Une statue de Bouddha semble dès le portail se moquer de cet anonymat, tant son sourire est aussi large que sa taille est généreuse.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Tagged under

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.