Théo Courant

 

Chroniques quotidiennes d'infos culturelles, de trucs et astuces pour les voyageurs et autres curieux en Asie du Sud-Est!



THeoCOurant

Les choses à ne pas faire avec Bouddha …

Depuis quelques mois, plusieurs faits divers concernant le comportement de quelques touristes ont émaillé l’actualité thaïlandaise notamment autour d’agissements peu respectueux envers Bouddha et ses représentations.

Une religion d’état

La Thaïlande est un des rares pays au monde à avoir adopté le Bouddhisme comme religion d’État. Plus 80% de la population est bouddhiste. Voyager en Thaïlande (comme au Laos, Cambodge, Myanmar et Vietnam) demande un minimum de connaissance sur le respect des traditions culturelles et cultuelles.

Il y a tout un savoir-faire et des règles de politesse à connaître afin de respecter au maximum les traditions et les sensibilités de cette religion.

Ces dernières années, des touristes ont eu des comportements qui ont beaucoup touché les thaïlandais : montrer ses fesses devant le Wat Arun, taper du pied une cloche sacrée, etc.

A chaque fois les personnes ont été arrêtées. Et à chaque fois, ces personnes disaient ne pas comprendre. Réponse facile mais totalement hypocrite. En effet, dans chacun de ces cas, l’outrage est facile à comprendre. Il est évident que montrer ses fesses dans un lieu sacré n’a pas besoin d’un long développement pour comprendre le manque de respect et la colère qui en découle. Cependant, il y a parfois des  actes ou des comportements offensants qui peuvent échapper même aux esprits les plus bienveillants.

Nous allons en regarder quelques une…

Des pratiques et des savoirs

Pour sensibiliser les voyageurs aux interdits dans les lieux sacrés et envers les représentations de Bouddha, l’association gouvernementale 5000s.org a édité un ouvrage et surtout ouvert un site pour communiquer au mieux les règles de politesse.

Les voyageurs qui atterrissent à l’aéroport international de Bangkok, peuvent, dès la sortie, découvrir ce travail de prévention sur d’énormes affiches des conseils tels que :

« Buddha is not for decoration

Respect is common sense »

 Des rappels essentiels

  • L’image de Bouddha ne doit pas être utilisée n’importe comment et sur n’importe quel objet : les tee-shirts, les pantalons, les assiettes, les pantoufles, etc. c’est non !
  •  On ne peut ou ne doit pas tatouer l’image de Bouddha, même si on trouve quelques tatoueurs le faisant. Un tatoue de Bouddha est en règle générale très mal perçu en Asie.
Rappel : 
Ne pas confondre les tatouages représentant Bouddha et les tatouages
sacrés les Sak Yant. Pour plus d'informations sur ce sujet voir :
Le festival du tatouage traditionnel
  •  Les statues de Bouddha ne sont pas des objets de décorations d’intérieur. Avoir une statue stipule qu’on lui consacre un autel, un lieu sacré. On ne l’utilise donc pas comme un presse-livre ou pour toute autre utilité. On ne case pas la statue de Bouddha entre la chaîne stéréo et une lampe comme un objet souvenir.
  •  L’utilisation du terme Bouddha pour un objet (un CD par exemple), un restaurant (Bouddha bar) ou nommer son animal de compagnie Bouddha est très peu apprécié également.
  •  Il est rappelé que tout mercantilisme autour de Bouddha est interdit… Sur ce point, il y a matière à discuter…
  •  Enfin, les statues de grande taille ne sont pas des promontoires pour selfies. On garde une distance suffisante et évidemment, on ne les escalade pas !

Un savoir-vivre bienvenue

Les règles de politesse d’une culture sont toujours très nombreuses. Le plus difficile pour un voyageur est de saisir les règles et les normes implicites du savoir-vivre. Il est facile d’observer une salutation pour être dans la capacité de reproduire – peut-être en commettant un ou deux impairs mais l’intention est présente.

Les impolitesses ou les incorrections peuvent parfois être la preuve d’un manque d’observation et de questionnement. Si le fait de se déchausser en entrant dans une habitation ou dans un Wat va plutôt de soi (il suffit d’observer et de déduire), les techniques de corps doivent également pris en compte. S’assoir est par exemple un geste banal mais qui peut devenir offensant quant on ne fait pas attention.  En effet, dans le bouddhisme, les pieds sont considérés comme la partie la plus impure du corps humain. Il est donc impératif de mettre ses pieds en arrière quand on s’assoie dans un temple. Les pieds ne doivent jamais pointer en direction d’une représentation/statue de Bouddha ou d’un bonze.

Quand on sait ça, on comprend alors les raisons de la colère et du ressentiment général envers ce touriste chinois qui a frappé avec son pied une cloche sacrée.

Le principal enseignement qui ressort de cet exemple est qu’il est nécessaire d’observer, de faire attention et de poser des questions. La bienséance comme déjà par se mettre en recul et surtout cela évite d’assoir ses pratiques comme des vérités absolues.

 


 

This post is also available in: enEnglish

Tagged under

4 Comments

    1. admin Reply

      Armen
      Merci beaucoup pour votre remarque. Nous avons corrigé.
      Oui il y a des erreurs, des boulettes, des fautes d’orthographe et de syntaxe, plein de petites choses qui peuvent faire mal aux yeux… Nous vous promettons que nous nous efforçons de faire au mieux, mais ce site n’est pas le Monde ou un autre grand journal…. Le suivi parfois et la relecture ne sont pas toujours parfaits. Heureusement des lecteurs nous les signalent, nous font remarquer simplement les coquilles et autres petites erreurs. Alors oui, petite erreur ici, dans un article consacré au bouddhisme et au respect, aux convenances, aux savoir-vivre, aux rapports à l’Autre. Si l’erreur est effective que dire de votre ton. Bon sang… Quel emportement ! Votre remarque est la bienvenue, le ton est lui à déplorer. Le savoir-vivre est aussi un savoir-faire, faut-il encore savoir l’écrire simplement.
      En vous souhaitant une bonne journée

  1. Florine Maudet Reply

    Bonjour, je fais actuellement une thèse sur l’influence du Bouddhisme et se son art visuel sur les Occidentaux, ce que vous dites par rapport au guide m’intéresse. Pourais-je savoir l’année de ce guide, et si possible un lien de site internet (qui fonctionne) pour en savoir plus, je ne le trouve pas sur le site de l’ambassade de Thailande.

    Merci d’avance,

    Florine.

    1. admin Reply

      Bonjour
      Le lien Internet est à nouveau opérationnel. Concernant le guide il date de 2014. Pour plus d’informations il est préférable de s’adresser directement aux membres de l’association.
      Toute l’équipe de Théo COurant

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :