Patpong Museum : histoires et secrets d’un quartier rouge

THéo COurant

Voyager en Asie du Sud-Est

fr-FRen-GB
News

Thaïlande - Tourisme : La Thaïlande, nouvelle destination à la mode des Russes

Thaïlande - Tourisme: Le retour des tour-operateurs chinois

Thaïlande - Saint Valentin: Le Pays du Sourire va distribuer 95 millions de préservatifs à la veille de la Saint-Valentin

Thaïlande - Tourisme : La Thaïlande fait partie des 10 destinations qu’il faut éviter en 2023 d’après l’antiguide de Fodor’s

Pattaya - passeport : Ouverture d’un nouveau bureau administratif au Central de Pattaya

Patpong Museum : histoires et secrets d’un quartier rouge

Le Patpong Museum est un musée loin des standards traditionnels. Il ouvre une porte sur les histoires et les secrets d’un des célèbres quartiers rouges de Bangkok. Présentation.

patpong-museum

Le musée Patpong est loin des habituels musées présentant des œuvres ou des artistes, le Patpong museum offre un panorama très large sur la vie du quartier Patpong et de son histoire très tumultueuse. Dans ce musée se confrontent les fantômes d’un passé peu glorieux avec des agents de la CIA, des stars de la culture pop (David Bowie) et du cinéma des années 70, sans oublier tous les acteurs de la vie nocturne très chaude de ce quartier rouge historique.

Un musée au cœur d’une bananeraie

patpong-museum

Le quartier Patpong était à l’origine une bananeraie qui a été acheté par un immigrant chinois, Luang Patpongpanich. Le quartier porte le nom de son ancien propriétaire. Quelques années après son arrivée, lors de la seconde guerre mondiale, le fils de Patpongpanich, Udom, partit étudier aux États-Unis. Là-bas, il fut repéré par le Bureau des Services Stratégique (OSS) qui, quelques années plus tard, se transforma en CIA. Le but de son recrutement était de le former en tant qu’agent pour lutter contre l’occupation japonaise et l’influence du communisme.
À son retour, Udom va transformer les terrains de l’ancienne bananeraie en un nouveau quartier de la capitale. Il y construit un ensemble de bâtiments qu’il loua à ses amis américains (CIA). D’autres infrastructures avec des activités plus ou moins licites s’y installèrent. En effet, à côté de sociétés telles qu’IBM, Air France, Shell, on trouvait des entreprises à double écran telles que CAT (Civil Air Transport) qui appartenait à la CIA. Cette compagnie a fortement participé à lutter contre le communisme. Tous ces agents ont donc fréquenté le quartier et notamment tous les bars qui se sont peu à peu installés au fil des années.
Cet aspect historique du quartier est très bien documenté par le musée, que ce soit par le biais de maquette reconstituant le quartier, de peintures liées à la propagande communiste, aux lettres de la CAT, etc.

Un personnage à part : Tony Poe

Le storytelling du quartier ne serait pas parfait, si celui-ci ne disposait pas d’un bad-boy. Ce macabre garçon prend corps en la personne de Tony Poe. Un personnage à qui le musée accorde une place significative. L’homme a inspiré de nombreux auteurs et scénariste de film (Apocalypse Now avec le personnage joué par Marlon Brando) tant son ignominie marqua l’histoire de la guerre du Vietnam. Il a commandé des milliers d’hommes issus de la minorité Hmong dans de nombreux combats plus sanglants les uns que les autres. Il avait donné l’ordre à ses hommes, afin de prouver leurs dires, de couper soit les oreilles, soit la tête des ennemis. Quelques années après la guerre, Poe lui-même raconta comment il avait envoyé un sac d’oreilles à l’ambassadeur américain au Laos qui critiquait ses méthodes…

On retrouve dans le musée un collier (factice) d’oreilles, des photos et des rappels au film Apocalypse Now.

Les gogos, les filles et les ladys

patpong-museumpatpong-museum

Le musée a évidemment développé toute une scénographie sur les principales attractions du quartier : les gogos et leurs spectacles. L’une des principales attractions est celle reproduisant le fameux ping-pong show. Le visiteur est ainsi invité à rattraper des balles de ping-pong sortant directement de l’entrecuisse d’une silhouette peint sur le mur.
Un autre jeu consiste à observer des photos de femmes et de savoir s’il s’agit de femmes ou de lady-boys…

patpong-museum

Notre avis sur le Patpong Museum

Faut-il aller ou pas voir le Patpong Museum ? La réponse est assez simple : oui et pour plusieurs raisons.
La première est qu’il s’agit d’un musée à part ayant pris parti de présenter un lieu singulier et de rappeler que peut-être le plus sale n’est pas là où l’on peut croire au premier abord. La deuxième raison est la présentation de l’aspect historique du quartier et qui est, pédagogiquement, très bien expliqué. La troisième raison : un musée expliquant un quartier rouge, c’est toucher à des thèmes qui sont rarement abordés. Enfin, le personnel et le lieu sont cools ! Ce n’est pas en soi un énorme argument, mais c’est une expérience à faire. Après tout aller dans un musée le soir, ce n’est pas mal du tout.

patpong-museum

Les infos pratiques

  • Adresse : Patpong Museum - 5 Patpong Soi 2 – Bang Rak Bangkok 10500
  • Ouvert tous les jours (sauf le mercredi) de 12 h 00 à 22 h 00.
  • Entrée payante : 350 THB pour une entrée simple. Il existe des formules plus personnalisées (voir le site officiel).
  • Site officiel

Faut-il le rappeler ! Patpong Museum est un musée pour les adultes uniquement.

patpong-museum