Varan : viens ici mon gros lézard thaïlandais…

La Thaïlande est le refuge d’une espèce qui impressionne toujours le néophyte, le varan malais. Ce lézard ou plutôt ce saurien aime autant la ville que la campagne et de par son aspect tétanise bien souvent le nouveau venu… Tour de la bête.

Varan : viens ici mon gros lézard thaïlandais…Le varanus salvator

Le varan malais, de son nom savant varanus salvator, est une bête qui ne laisse pas indifférent. Loin, mais très loin des lézards que l’on peut voir en Europe, le varan malais peut atteindre 3 mètres de long pour un poids de 60 kilos. Pas mal.

Ce mastodonte, qui avoisine plus généralement les 2 mètres, vit la plupart du temps dans l’eau. Il y passe ses nuits et niche donc toujours au bord des rivières, des lacs ou dans les marécages. Il est donc parfaitement à son aise en Thaïlande et plus encore en saison des pluies. Cette période est pour lui le moment de la reproduction, saison des amours sauriens où les femelles varans pondent – oui, le varan est ovipare – quelques œufs, une trentaine, à l’abri des prédateurs. En effet, les amateurs de petits varans sont nombreux à commencer par ces congénères. La vie de varan est parfois compliquée, car au-delà des prédateurs naturels, se rajoute évidement le plus stupide de tous, l’homme.

Braconnage et superstitions

Même s’il est protégé en Thaïlande, le varan est chassé par quelques braconniers thaïlandais. Il est alors vendu sur le marché chinois… Il finira séché sur des bâtons, puis en poudre ou en lamelle pour des infusions ou des plats d’un autre âge. Certains seront gardés en captivité et d’autres empaillés tels des talismans qui portent chance et surtout pas sens critique…

Dangereux ou pas ?

Le varan malais est pourtant inoffensif. Il aime surtout se sustenter de poissons, d’insectes, de petits oiseaux, d’œufs, de quelques herbes et de charognes. Il a donc un menu varié et est peu difficile. On lui attribue beaucoup d’histoires concernant des attaques envers l’homme mais de fait il n’en est rien. Ces histoires sont souvent dues à la confusion entre le varan malais et le varan de Komodo. Cousin proche, le varan de Komodo est lui plus gros, plus agressif et beaucoup plus dangereux pour l’homme. Tous deux ont une mâchoire solide. Cependant, celle du Komodo est agrémentée d’une salive bourrée de bactéries et d’autres petits trucs qui infecte toute personne mordue.

Cet amalgame courant entre les deux espèces, peut être illustré par une histoire rapportée par le Bangkok Post. Lors de la première visite de Barack Obama à Bangkok, le service de sécurité thaïlandais a été tout d’un coup alerté par des coups de feu provenant du jardin de l’hôtel où résidait le chef de l’état. En fait, il s’agissait, du service de sécurité américain qui avait vu débarquer nonchalamment un varan. Voyant dans ce gros lézard une substantielle menace, tel un godzilla des marais, les cowboys ont fait feu sur le varan qui était venu, comme à son habitude, se mettre à l’ombre.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Où voir des varans malais ou des varans à deux bandes

Dès qu’il y a de l’eau, en Thaïlande, le varan n’est pas loin… mais la densité des varans est plus importante sur les rivières Kwaï Noi et Kwaï Yai et surtout dans la province de Kanchanaburi.

Si vous êtes à Bangkok, vous en verrez dans tous les parcs publics avec un lac ou un cours d’eau tel que le  parc Lumpinile parc Prapradaeng ou non loin des khlongs.

Attention les varans sont d’excellents grimpeurs. Au parc Lumpini pensez à regarder dans les arbres au bord du lac. En effet, quelques-uns aiment y rester afin d’observer les touristes qui cherchent ces maudits varans…

 

10 Comments

  1. Isabelle Reply

    Merci beaucoup pour vos explications et votre site, car je suis quelques jours à Bangkok et mon hôtel étant à 200 m de ce parc Lumphini, j’ai croisé 3 de ces bestiaux ce soir… Waouh !

  2. jojodulac Reply

    Salut,
    ma famille thai vit sur la rivière bang ping a Samut Prakan 30 km sud Bangkok.

    il y a au milieu des maisons sur pilotis; pas mal de varans malais ( Taakouât ) .
    ils sont habitués à l’homme et dorment sous les maisons au frais. l’un d’entre eux porte un nom c’est le doyen un bon 2,50 m …

    simplement je dirais que c’est quand même un prédateur qui parfois est dangereux pour l’homme.

    les voisins m’ont expliqué qu’il y a quelques années un varan connu pour son sale caractère, ( attaque de chiens et blocage de route, bref aucune peur de l’homme) est entré de nuit et a emporté le nouveau née sous le planché, et que les villageois n’ont pu l’empêché de partir dans la rivière. suite à cela l’animal fut tué.

    régulièrement les enclos des poules ou les bassins qui jouent un rôle important dans les familles, sont visités et abîmés ou dévastés.

    les pêcheurs qui vivent grâce au poissons de cette rivière, on souvent à faire aux varans qui s’attaque au filet plutôt que de chasser. Ou se prennent eux même dans les pièges en chapardant les poissons.

    pourtant personne ne les tuent et les gens s’adaptent.
    – chiens plus gros dans les foyers en bordure de rivière.
    – pêche aux hameçons quasi inexistante
    – déplacement des spécimens gênants.

    de nature les thais ont un rapport à l’animal particulier, et évitent de tuer inutilement.
    j’ai passé 2 ans avec les varans, et c’est fascinant…

    mais je pense qu’au contact de l’homme celui-ci prend ses aises et n’ est plus effrayé, ce qui devient dangereux, car il n’hésite plus à s’approché. cela reste quand même un lézard énorme avec de sacré griffes, un animal puissant et sauvage.

    ils peuvent également charger a grande vitesse renversant un adulte. mais globalement cela reste un mécanisme de défense.
    le mieux quand il est au milieux du chemin c’est de parler fort ou siffler. évitez d utiliser un bâton, au pire reculer lancer une pierre sur sont dos de la taille d’une noix, 2 ou 3 fois doucement comme à la pétanque (ne le blessez pas) il sera dérangé et partira cherché un coin plus calme.

    voila . je pense que les varans plus sauvages comme dans les iles, sont plus peureux. j’en ai croisés, mais toujours furtivement, plongeant dans le lac ou traversant une route. ils décampent.

    j’espère que mon analyse comportementale du Taakouât vous aura aidé.
    c’est un bel animal fascinant qu’on aurai envie de caresser, un peu comme les singes, mais il n’en ai rien et surtout dans les villes donc prudence.
    ps ne leur filer jamais de nourriture, crevettes poissons etc… cela les habituent à l’homme et…
    comme les gens certains sont cool d’autre totalement cons, il en va de même pour cette espèce.
    alors a bientôt
    Sawaadee khrap

    1. admin Reply

      Bonjour
      Merci beaucoup pour ce très beau témoignage Jojo.
      Il offre un nouveau regard, plein d’expériences sur un animal méconnu par les européens.
      Merci également pour les conseils lors des rencontres fortuites avec ce varan si particulier.
      Toute l’équipe de THéoCOurant

      1. jojodulac Reply

        Pas de soucis, j’aime bien votre site que je suis en train de découvrir sa donne une image positive et saine loin des clichés médiatiques satiriques de nos chaines nationales.

        Bien informer les futurs touristes pour attirer leur attention sur la vrai beauté de ce pays, et sur la meilleur façon de le visiter, et d’en profiter.

        continuez et merci !!

  3. aatoth franyo Reply

    J’habite en Pala U et je les vois quotidiennement ces gros lézards inoffensives,
    c’est eux qui nettoient le lac, ils mangent des poissons morts… aussi

  4. Helene Gervais Reply

    Je me trouvais à kho lanta au good days beach resort je marchaïs dans le sentier de l hotel quand j ai croisé un varan malais à l instant cela m’a surpris la grosseur est impressionnante mais après avoir fait des recherches sur internet ce lézard est inoffensif et la Thaïlande doit protèger cet espèce….

    1. admin Reply

      Merci Hélène
      Pour votre témoignage et de nous lire. La Thaïlande a adopté une politique de protection envers de nombreux animaux dont les varans… Mais comme vous le dites si bien ils sont impressionnants et, heureusement, inoffensifs.
      Toute l’équipe de THéo COurant

  5. Frédy Reply

    Bonjour,

    Je viens de lire un article qui faisait justement la confusion des espèces, tout est plus clair maintenant, faut dire qu’ils semblent vraiment se ressembler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.