Théo Courant

 

Chroniques quotidiennes d'infos culturelles, de trucs et astuces pour les voyageurs et autres curieux en Asie du Sud-Est!



THeoCOurant

Des gilets jaunes à Bangkok

Ce dimanche dans plusieurs artères de la capitale Thaïlandaise une vague de “gilets” ou de maillots jaunes ont envahis l’espace. Soutien aux manifestations françaises ? Pas si sûr !

La raison d’une couleur

La couleur est souvent signe d’un ralliement donné. Le jaune est actuellement la couleur phare. Elle éclaire l’actualité française mais également thaïlandaise. Mais le jaune a-t-il le même sens pour les deux pays ? Pas si sûr !

En effet, ce dimanche 9 décembre a été l’occasion pour plusieurs milliers de thaïlandais de mettre un t-shirt jaune. Ici pas de gilet, la chaleur expliquant ceci. Au-delà de la couleur, il était également nécessaire de prendre un vélo, la raison : reproduire le fantastique engouement qu’avait suscité l’an dernier – “bike for Dad”. Pour rappel : “Dad” est écrit de trois couleurs. Le premier D est en jaune en l’honneur du Roi Rama IX, le “a” en bleu est pour la Reine, le dernier “d” est pour le nouveau Roi Rama X.

Black Bloc ? Non, un black Sunglasses

Des vagues jaunes

Les thaïlandais ont répondu présent en grand nombre (plusieurs milliers de personnes) à cet appel. Tout comme les gilets jaunes français, ils se sont donc accaparés plusieurs boulevards pendant quelques heures. Mais la comparaison s’arrête là. L’ambiance était ici bon-enfant, enthousiaste et chaleureuse. Les seules fumées que l’on pouvait sentir ou voir provenaient de petits barbecues.  Tous étaient là pour honorer et suivre l’invitation d’un homme, d’un leader : le roi.

Cette manifestation avait également pour but de fédérer un maximum de personnes, afin de soulever un élan populaire positif avec des revendications assez simples  mais cohérentes : faisons du vélo pour la santé, faisons du vélo contre la pollution. Pour ce faire un long parcours avait été préparé pour accueillir la manifestation. Bien encadrés afin d’éviter tout accident, les cyclistes de jaune vêtus ont donc parcouru toute la journée l’itinéraire prévus à cet effet.

Même couleur, pas la même volonté

La vague jaune thaïlandaise a donc fait écho indirectement aux mouvements qui secouent la France. Si la couleur est la même et si sa fonction sociale est de réunir un socle de personnes sous un même volonté avec une même couleur, on se dit que les 2 manifestations sont assez similaires. Mais en regardant de plus près, les différences font jour.

En effet, la signification de la couleur est quelque peu différentes : d’un côté un gilet de couleur jaune servant à l’origine à signaler la présence d’un individu notamment sur un axe routier. C’est un gilet que tous les automobilistes français doivent avoir dans leur véhicule. On est loin du jaune thaïlandais, plus folklorique, qui lui désigne ou symbolise la royauté. D’un côté un jaune pragmatique et obligatoire, de l’autre un jaune culturel.

On voit déjà que sur le plan des couleurs le rapprochement entre les deux pays est difficile. Ce n’est pas tout. Si l’on souhaite trouver des points commun pouvant rapprocher les deux pays, là encore des difficultés vont apparaître surtout si l’on veut aborder des questions relatives aux mouvements sociaux.  

Quelques chiffres

En effet, que ce soit d’un point de vue économique avec une population équivalente à la France, le PIB par habitant pour la Thaïlande est de 6593 USD  contre 38476 USD pour la France. Un PIB donc 6 fois plus bas. Rapprocher donc un mouvement social entre les deux pays apparait mal aisé…

Il en est de même sur un plan politique. la Thaïlande est depuis le coup d’état de 2014 en attente d’élection. A cela s’ajoute une reconstruction des parties d’opposition et un ensemble de dispositifs juridiques sur le crime de lèse majesté qui rendent la lecture du processus démocratique quelque peu difficile. La question de la liberté d’expression n’est donc pas comparable. Il n’y a pas comme en France un échiquier politique aussi vaste. Pour rappel il y avait plus de 11 candidats et autant de programmes à l’élection présidentielle avec la possibilité de s’abstenir ou de voter blanc. 

2 Systèmes et des solidarités différentes

Enfin, autre grande différence concernant le point de vue socio-culturel des deux pays. On a d’un côté la primauté de la solidarité familiale et de l’autre un état fort prenant à sa charge nombre d’aides. Ici les exemples sont très nombreux concernant le grand écart entre les deux nations. Ainsi en Thaïlande, les aides ou la  couverture sociale sont inexistantes voire extrêmement réduites. Par exemple, il n’y a pas de prime de Noël, pas de prime de rentrée scolaire, ni pour la naissance d’un enfant, pas d’aide pour les personnes souffrant d’un handicap, retraites très réduites, allocations chômage quasi-inexistantes, smic à un peu moins de 400 bahts par jour (10 €), etc. Bref, on aura compris que sous-entendre des points communs entre les gilets, chasubles ou maillots jaunes français et thaïlandais n’est pas pertinent.

Il n’empêche que l’actualité concernant les gilets jaunes français est beaucoup commentée. Les questions sont nombreuses et les incompréhensions toutes autant surtout quand on commence à comparer les deux pays 🙂

Tagged under

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :