Thaïlande Weekend férié pour Makha Pucha

Ce Weekend du 11 février est férié pour Makha Pucha. Fête très importante pour les bouddhistes, elle offre l’occasion aux familles de se retrouver et de rendre le soir au temple.

L’histoire originelle veut que les disciples de Bouddha, sans s’être concertés, se regroupèrent spontanément autour de leur maître afin de le remercier du savoir qu’il leur transmettait. C’est à ce moment-là que Bouddha leur enseigna l’Ovat Patimok, qui repose sur trois principes essentiels dans la pensée bouddhiste :

Ne pas faire de Mal, faire le bien et demeurer une âme saine.

La journée de Makha Pucha est donc importante pour toute la Thaïlande en tant que fête religieuse, mais aussi fête familiale. Habituellement, le rituel veut que le matin, la famille se rende au temple pour faire des offrandes aux moines. C’est l’inverse de ce qu’il se passe habituellement. Normalement, tous les autres jours de l’année ce sont les moines qui viennent chercher leur pitance chez l’habitant. Pour Makha Pucha, les rôles sont inversés.

une fête et des rituels

L’après-midi est consacrée aux temples, aux donations, aux recueillements et à l’écoute des sermons qui sont essentiellement basés sur la nécessité de faire le bien autour de soi. Comme de nombreuses fêtes religieuses, celle-ci s’accompagne d’obligations (il s’agit de faire Lab Sin). Il y a 5 préceptes essentiels :

  • ne pas tuer,
  • ne pas voler,
  • ne pas tromper son ou sa conjoint-e,
  • ne pas mentir,
  • ne pas boire d’alcool. Il est donc difficile de trouver des magasins vendant de l’alcool lors de cette journée.

Le soir est le moment le plus attendu car c’est le début des processions sous la pleine lune. Ce rituel, le Vien Tien, consiste à faire trois fois le tour du temple en tenant trois bâtons d’encens, des fleurs et une bougie. Le premier tour est en l’honneur de bouddha, le deuxième pour son enseignement et le troisième pour ses disciples.

Dès la tombée de la nuit, les temples sont donc pris d’une grande agitation. On y vient en famille, mais aussi entre amis. Les temples sont donc ouverts assez tard, pour que chacun puisse accomplir son devoir. De nombreux stands proposent des fleurs, de l’encens, des bougies mais aussi des petits exvotos.

Certains temples, attachent des cordes jusqu’au sommet d’un de leurs stupas afin que les fidèles puissent accrocher des billets de banque (un don qui doit leur apporter chance) ou de suspendre sur ces cordes, des seaux d’eau bénite par les bonzes. Une fois au sommet, ils se déversent sur le stupa, inondant ainsi le temple petit à petit d’une eau purificatrice.

l’occasion de se réunir

Makha Pucha est un moment familial et amical qui permet de voir les temples éclairés par les bougies des processions, mais surtout de percevoir comment une coutume aussi ancienne se perpétue, malgré une modernité qui pourrait prévaloir sur tout.

Cette année, la fête et les processions se dérouleront au parc Lumpini , car la place royale Sanam Luang est fermée pour les travaux du site funéraire.

Tagged under

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!