Thaïlande, J+ 10, le temps du recueillement

La Thaïlande a commencé depuis une dizaine de jours son deuil. Mais au-delà de l’aspect national, pour tous les thaïlandais, c’est l’heure du recueillement.

Thaïlande, J+ 10, le temps du recueillement

Une ferveur collective

Une semaine après la disparition du roi, les cérémonies se succèdent. Ainsi samedi a été un moment d’une grande communion sur le champ royal, Sanan Luang. En effet, une foule immense s’est retrouvée pour entonner le chant en l’honneur du roi défunt. Vêtus de noir, tous les participants sont ainsi restés là pendant plusieurs heures. Le but de ce rassemblement était d’enregistrer cet hymne afin de le diffuser dans les prochains jours dans l’ensemble des médias.

Mais pas seulement. L’autre dimension  de ce regroupement va  bien sûr au-delà d’un simple agrégat d’individus. Cette réunion ou cette communion est aussi là pour rappeler que face à la perte du souverain, la Thaïlande continue de chanter et de parler d’une seule et unique voix. C’est avant tout la cohésion nationale que l’on veut afficher et faire preuve d’une fidélité au défunt qui dépasse les simples frontières terrestres.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un recueillement personnel et familial

Si évidemment pour un observateur étranger cette démonstration demeure très spectaculaire, il est peut-être plus significatif pour le visiteur de regarder tous les témoignages individuels qui se déroulent quotidiennement autour du Grand Palais.

Ce weekend férié où l’on saluait la mémoire du Roi Rama V, beaucoup de thaïlandais se sont dirigés vers la Demeure Royale afin de se prosterner devant l’enceinte.

Individuellement en famille, tous sont venus pour se recueillir. Ce moment si spécial n’était pas, comme on pourrait le croire, chargé d’un pathos et d’une tristesse incommensurable. Bien au contraire. Si le moment du recueillement obéissait à un rituel bien précis, il y avait comme une certaine satisfaction de pouvoir accomplir ces gestes simples mais tellement symboliques.

Tous se prenaient en photo, les uns après les autres. La date de la disparition du Roi entre dans l’Histoire de la Thaïlande mais tous ces petits gestes – notamment la photo – nous disent aussi qu’elle est maintenant dans le récit familial et biographique de chaque thaïlandais.

La disparition du défunt roi est donc un évènement tout aussi collectif qu’individuel. Il est une marque dans le temps, dans le récit commun et partagé par la nation et par les familles.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Du souvenir aux souvenirs

Un peu à l’écart de la foule, non loin de Saranrom Royal Garden on pouvait également voir un rassemblement de personnes. Le plus étrange était que nombre d’entre-elles étaient torse-nu. En fait, un stand proposait une impression artisanale de portraits du roi Rama IX ou des écrits en son honneur. Les hommes se succédaient les uns après les autres. Une fois le motif choisit, tous enlevaient leur tee-shirt et attendaient pudiquement que l’impression se fasse. Puis une fois munit de leur nouvel habit, ils se rendaient juste à l’arrière de la petite entreprise pour le faire sécher le plus rapidement possible.

D’autres stands proposaient des photographies et des posters du roi, de sa famille.

En fait, il y a dans ces commerces toujours la même dimension, celle du souvenir. De la trace, de ce que l’on va garder, de ce que l’on va ramener d’un tel évènement : une photo, un tee-shirt, un moment biographique. On se rend compte alors que les grandes Histoires nourrissent aussi les histoires de chacun de nous.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Tagged under

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!