Téléphoner au Myanmar : la démocratisation de la carte SIM

Mobile cellulaire, le dos aux anciennes écritures

Les choses changent au Myanmar. Il y a encore quelques années téléphoner à l’étranger était une mission qui demandait beaucoup d’énergie et de patience.  Par exemple, il était nécessaire de se rendre à la poste de Yangon qui était le seul endroit où l’on pouvait trouver un téléphone opérationnel et qui était ouvert au réseau international. Ce temps est fini, la modernité arrive à grands pas. Que ce soit les lignes fixes, Internet et la téléphonie mobile, il y a maintenant de plus en plus de possibilités de communiquer.

La grande nouveauté vient surtout de la téléphonie mobile. En 2013, deux géants des télécoms ont réussi à emporter les premières licences : Ooredoo (appartenant à un fond d’investissement qatari) et Télénor (consortium Norvégien). Depuis août 2014, les premières cartes SIM sont arrivées sur le marché pour un prix avoisinant les 1500 Kyats. C’est une libération du prix, car sous l’ancienne junte au pouvoir une simple carte SIM valait 750 euros. . L’achat était la plupart du temps groupé, la carte SIM appartenant ainsi à plusieurs personnes. Par la suite avec le début de démocratisation et la libéralisation des marchés, l’opérateur public Myanmar Post and Telecommunication a concédé de vendre les cartes SIM au modeste prix de 150 euros. La conséquence de cette ristourne a été la mise en place d’une loterie, car la demande était plus forte que l’offre.

Avec l’arrivée des deux nouveaux opérateurs c’est donc une nouvelle dynamique qui est enclenchée. Cependant, tout ceci se fait par étapes. Les premières cartes SIM sont en vente depuis septembre 2014 et l’essentiel du réseau est concentré autour des grandes villes telles que Yangon, Mandalay et de la capitale Naypyidaw. Les zones blanches sont donc largement majoritaires, le réseau n’étant qu’à son début.

Dans tous les cas le marché est énorme, sachant que seul 10 % des 60 millions des birmans sont équipés d’un mobile fonctionnel. Au vue des réformes économiques et de l’ouverture générale du pays, il semblerait bien que d’autres opérateurs étrangers viennent sous peu se frotter aux deux petits nouveaux.

En ce qui concerne le voyageur qui se rend au Myanmar, on est en droit de se demander à ce jour, s’il est pertinent de se procurer une carte SIM vu l’état du réseau. On serait tenté de répondre par la négative, même si le coût de l’investissement n’est pas en soi extraordinaire. En effet, il semble que le moyen le plus pratique pour téléphoner est de passer encore par Internet notamment par Skype qui fonctionne correctement dans la plupart des régions. En ce qui concerne les mobiles, un peu de patience, il sera bientôt possible de téléphoner de n’importe où dans le pays.

Tagged under

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.