L’étrange sanctuaire chinois de Koh Sichang

Visible depuis le port de Koh Sichang, le sanctuaire chinois Saan Chao Pho Khao Yai est un lieu sacré bien singulier qui rassemble toutes les communautés religieuses de l’île.

L’étrange sanctuaire chinois de Koh Sichang

Quand on arrive en bateau, on devine facilement le sanctuaire tant celui-ci se distingue des autres bâtiments. Tout de rouge, il est à la pointe nord de l’île et surplombe le port. L’accès est assez simple, il suffit de prendre un long et large escalier qui mène jusqu’à une première pièce consacrée aux divinités chinoises. Il faut poursuivre son chemin pour entrer pleinement dans l’étrangeté de ce sanctuaire.

L’histoire de la création du sanctuaire veut que des marins (dans l’ancien temps…), à peine débarqués de leur jonque pour fêter le nouvel an chinois, aperçurent en haut de la montagne de mystérieuses lumières s’échappant d’une des grottes. Le lendemain, les plus courageux inspectèrent la grotte et y trouvèrent une stalagmite avec des formes humaines. Ni une ni deux, on associa ces flammeroles à une manifestation de l’Esprit du Père de la Montagne. Les lumières étaient en fait des esprits envoyaient par le Père pour aller exhausser quelques vœux de fidèles en détresses.

L’étrange sanctuaire chinois de Koh Sichang

La nouvelle de ces apparitions circula rapidement et un sanctuaire fut rapidement construit. Toutes les communautés, bouddhiste, hindou, chrétienne et musulmane, y participèrent et encore de nos jours, tous viennent déposer quelques demandes. Pour ce faire, le rituel est immuable et partagé par tous, il suffit d’écrire sa requête sur un bandeau de papier rouge d’une vingtaine de centimètres de long que l’on vient ensuite coller sur un des murs de la grotte. On prie et on espère.

L’étrange sanctuaire chinois de Koh Sichang

Avec le temps, les papiers se sont accumulés, transformant les murs dorés de la grotte en un patchwork d’écritures. Les idéogrammes chinois, thaïlandais, l’écriture romane (plus rare) se mélangent et forment des guirlandes suspendues de messages tout aussi intimes qu’universels : santé, amour, enfant, richesse, prospérité, etc.

Dans une autre pièce se trouve étrangement une statue d’Hanoumân, le dieu singe, très populaire chez les hindouistes. Mais la surprise et la tolérance envers cette présence ostentatoire est sans doute dû au fait qu’Hanoumân était, dans l’épopée du Rāmāyaṇa, un grand admirateur de Râma. Le nom qu’a ensuite pris la famille royale de Thaïlande…

L’étrange sanctuaire chinois de Koh Sichang

L’autre atout du temple est qu’il offre un point de vue unique sur le port et sur le trafic maritime. De là on peut constater le nombre impressionnant de bateaux, de tankers qui croisent à seulement quelques milles de la côte (voir vidéo).

C’est un lieu à découvrir.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Tout sur Koh Sichang

 

Tagged under

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!