Nong Khai, la ville à connaître

Nong Khai, à l’Est de l’Isan, ville frontalière avec le Laos, est peu visitée. Pourtant elle mérite que l’on s’y attarde. Premier post d’une ville et d’une région à découvrir.

Nong Khai, la ville à connaître

Nong Khai est la porte d’entrée vers le Laos. Elle se situe à quelques kilomètres de la capitale, Vientiane. Sa gare ferroviaire voit débarquer quotidiennement, tôt le matin, des hordes de voyageurs voulant gagner le Laos soit pour le visiter soit pour aller faire un nouveau visa pour la Thaïlande. Peu s’y arrêtent et préfèrent expédier leurs affaires et ne veulent s’attarder dans une ville qui au premier abord a peu d’attraits et pourtant.

Une fois que l’on s’écarte de la gare, à pied ou en tuk-tuk (50 bahts par personne pour aller au centre, le marché), on commence à prendre la pleine mesure de la cité. Etalée, elle longe le Mékong de tout son long. Première surprise, une longue promenade surplombant les berges permet de longer Nong Khai et d’observer le voisin laotien. Plusieurs petits bars et restaurants offrent des terrasses qui se remplissent le soir venu. En journée c’est assez calme, mais le soir l’agitation gagne. Les commerçants s’y installent et proposent un peu de tout (alimentations, artisanats, etc.) à la vente. Tous les samedis soirs, des musiciens viennent faire danser un public hétéroclite. L’ambiance est décontractée.

En fait Nong Khai est plus qu’un gros bourg. Elle abrite une population proche de 50 000 âmes et elle est au cœur d’un des principaux bassins d’emplois de l’Isan. La région n’est pas la plus riche de la Thaïlande économiquement, mais l’une des plus intéressantes culturellement. Il faut dire qu’elle jouit pleinement d’une double influence thaïe et laotienne. Cette particularité se ressent dans la langue Isan.

Nong Khai est aussi une des rares villes thaïlandaises qui possèdent quelques bâtiments d’influence française. En effet, elle est restée sous le joug des français pendant quelques années, avant que la Thaïlande ne la reprenne.

Niveau logement, il est très facile de trouver quelques bons hôtels à des prix très concurrentiels. Le confort des chambres est largement supérieur à ce que l’on peut trouver généralement au Laos pour un prix équivalent (voire moindre). On trouve aussi quelques restaurants végétariens.

Dans de prochains posts nous aborderons toutes les activités à voir, à faire, à visiter. Il y a de quoi faire et à découvrir. Nong Khai réserve quelques belles surprises, la suite au prochain numéro J

12. 2015 Mars Dossier 5 388

 

Chargement
Centrer
Circulation
A vélo
Transports

Tagged under

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!