Myanmar, le Rocher d’Or ou l’attrape touristes

Voilà un lieu qui apparaît comme le site à voir, l’indispensable must que l’on se doit d’apercevoir quand on se rend au Myanmar.Et pourtant…

La photographie du Rocher d’or est présente dans tous les catalogues de voyagistes, sur les posters d’un grand nombre d’agences et sa description dans tous les guides. Bref, c’est au premier abord, l’attraction que l’on ne peut louper.

Une bien belle histoire

Il faut dire que l’histoire ou le storytelling est des plus intriguant : la légende veut que le rocher du Mont Kyaiktiyo doit son équilibre à la présence d’un cheveu du Bouddha à l’intérieur du stupa le dominant. Ceci depuis le XIème   siècle, où le roi Tissa reçut en offrande ce fameux cheveu des mains d’un ermite. Depuis, le Mont est devenu un haut lieu du pèlerinage bouddhiste. De fait, on y vient pour prier, méditer et voir, surtout, ce rocher en équilibre défiant les lois de l’attraction.

Du pèlerinage d’antan au tourisme

Les voix discordantes sont rares et pourtant il y a à dire sur cette attraction. Le terme attraction est volontaire car le pèlerinage, tel qu’il nous l’est décrit dans des guides à fortes écoutes, a depuis bien longtemps disparu ou du moins s’est dévoyé en une marche mercantile.
Le marché est juteux, beaucoup de tours-operators en font un élément central de leurs tournées, les curieux et les voyageurs peu informés s’y arrêtent également de bon cœur. Certes, dans le lot on trouve des pèlerins accomplissant une visite dans un haut lieu sacré, mais leur nombre est somme toute réduit par rapport à la masse de touristes.

Se rendre au Rocher d’Or

Il est assez simple de se rendre au Rocher d’or, les bus de Yangon sont quotidiens tout comme les trains. Cependant, le visiteur doit faire un choix, soit il se rend directement à Kyaiktiyo, soit à Kinpun (nommé aussi le camp de base par certains guides… la montagne n’est pas si haute, n’ayez crainte, il n’y a pas d’acclimatation à subir, pas de mal des montagnes !).

Dormir au Rocher d’Or

Dans la 1ère hypothèse où l’on dort à Kyaiktiyo, les hôtels situés non loin du Rocher sont très chers par rapport à la qualité des services, mais fournissent, quand même un minimum de prestations par rapport aux guesthouses et autres pensions de Kinpun.

En effet à Kinpun, les hôtels ne laissent pas un souvenir intarissable. Poussiéreux, mal entretenus, c’est clairement des rentes dans lesquelles on n’investit plus. Le business fonctionne bien, les touristes viennent deux jours et ne s’éternisent pas. Le turn-over est permanent.

Lieu de culte et les marchands du temple

Si les remarques sur les prestations des hôtels et des restaurants sont nombreuses, ils ne sont pas pour autant la cause principale de notre courroux. C’est surtout l’aspect mercantile du lieu sacré qui nous paraît inacceptable (n’oublions pas que l’ensemble de l’argent dépensé par les visiteurs va directement dans les caisses de l’état).

En effet, si vous souhaitez vous rendre depuis Kinpun au Rocher d’or, vous aurez deux possibilités : soit y aller à pied (voir notre eGuide pour les informations pratiques et les conseils pour cette ascension qui nécessite plusieurs heures) soit prendre les navettes. Le billet aller coûte 5000 Kyats par personne.

La navette est un camion, où a été installé une dizaine de bancs. Le camion ou la bétaillère ne part qu’une fois plein de ses 50 passagers. Ils fonctionnent entre 7 h 00 – 18h 00, l’ascension dure 40 mn.

Une fois en haut, il faut encore parcourir quelques centaines de mètres, avant de payer une nouvelle dîme pour le droit d’entrée : 6 000 kyats pour les étrangers (gratuit pour les locaux). Si vous souhaitez prendre des photos, il faut ajouter 2 000 Kyats pour l’appareil photos… Ne pas oublier que vous devrez payer également le billet retour !

Kyaiktiyo, le Rocher d'OrMesdames, passez votre chemin

A côté de cet investissement, le Rocher réserve une dernière surprise et non des moindres. En effet, il faut savoir que les femmes sont invitées à se tenir à une certaine distance de l’objet sacré, seul les hommes pouvant l’approcher.

On comprend alors qu’entre les prestations moyennes des hôtels, des restaurants, des conditions de transport pour faire l’ascension, du prix aller-retour, du prix d’entrée, du prix pour prendre des photos et de la ségrégation de sexe, le Rocher d’Or apparaît comme une visite que l’on peut largement éviter quand on sait la richesse patrimoniale des environs (voir notre eGuide)

 

Tagged under

7 Comments

  1. Globe flaneurs Reply

    Hello!
    Merci pour l’article.
    Nous nous y sommes rendu hier et c’est bien 2000kyats par personne le trajet camion au sommet. Et pas de taxe photo. 2000kyats par personne pour le trajet inverse
    La taxe foreigner est passée à 10 000 kyats cependant par personne.
    Nous avons adoré le site, même si tout ce qui est dit reste vrai (dalles chaudes l’après midi et une petite portion du site est interdit aux demoiselles.

    1. admin Reply

      Bonjour
      Merci pour votre contribution. Ces informations intéresseront sans aucun doute de nombreux lecteurs.
      En vous souhaitant un bon voyage en terre birmane…
      Toute l’équipe de THéoCOurant

  2. Gérard Reply

    Non, on ne paie rien pour les photos. Mais vous qui avez écrit cet article, vous donnez un avis, respectable certes, mais discutable, même s’il est de plus en plus diffusé… à savoir qu’il ne faudrait pas payer ni faire la queue, pour voir un site qui sort de l’ordinaire. N’ayez crainte, je n’ai pas cru au cheveu de Bouddha et je ne pense pas que ceux qui découvrent ce monolithe, y croient. Donc il n’y a pas d’arnaque. Côté finances, si vous calculez la valeur de la monnaie birmane, je n’ai pas payé cher… en tout cas dix fois moins cher que ce qui est demandé (eau minérale locale comprise) pour découvrir Machu Picchu. Et même si les gestionnaires de Machu Picchu se sont enrichis sur mon dos, je serais prêt à y retourner. C’est dire qu’il y a d’autres points de vue que le vôtre… et que celui d’une de mes collègues de travail, qui pour suivre cette philosophie, ne passait ses vacances, que là où il n’y avait pas de touristes. Elle était ainsi allée visiter les parties de la Grèce, où il n’y a rien à voir et en tirait une certaine fierté. Cette fierté, je l’ai mise au vestiaire, parce qu’elle ne m’apporte rien. Je voulais dire aussi que j’ai dormi dans un hôtel local, à quelques centaines de mètres en dessous du Rocher et que j’y ai très bien mangé et très bien dormi… dans une ambiance très conviviale. Bien sûr, j’y suis descendu à pied. Par contre, ce qui m’a plus que déçu dans cette visite du Rocher d’Or, c’est les bétaillères dans lesquelles je suis monté. Elles sont prévues pour des fémurs d’enfants birmans, or les miens sont plus longs de 30 cm. Je suis sérieux. C’est pareil en largeur. Et quand vous dites 50 personnes, j’en ai compté plus de 60. 30 aurait été déjà inconfortable ! L’autre truc, c’est de devoir poser des pieds occidentaux, toujours bien protégés, sur des dalles… les noires surtout… chauffées à blanc ! Ne riez pas. Sous le soleil de mars, elles devaient atteindre 60 à 70°. Mais bon, je dis à tous les futurs touristes de ce pays, qu’il faut aller au Rocher d’Or et que si cette déplorable ségrégation existe, il faut faire avec… d’autant qu’entre nous, je ne vois pas l’intérêt d’aller toucher cette pierre, quand on n’a pas la croyance pour ça. J’en ai fait le tour avec mon épouse et je n’ai même pas pensé à ça. Mais c’est vrai, maintenant que je vous lis, j’aurais pu y mettre la main et pas ma femme ! Mais si on refuse absolument cet interdit, la logique veut qu’on n’y aille pas… et franchement, ce serait dommage. C’est un des trucs qui m’ont le plus émerveillés et quand je réfléchis bien, il y a d’autres belles choses à voir dans la région, mais pas aussi surprenantes. C’est un peu le Mont-Saint-Michel pieds nus… et où les femmes n’auraient pas le droit de toucher la roue monte-charge !

    1. admin Reply

      Bonjour Gérard
      Merci de votre contribution et de vos précisions.
      Si l’on ne paye plus de supplément pour les photos, c’est plutôt une bonne nouvelle.
      Vous offrez un autre éclairage sur ce haut lieu du bouddhisme birman et permet donc à d’autres voyageurs de se faire un avis. Nous vous en remercions.
      Toute l’équipe de THéoCOurant

  3. Julie Reply

    Rectification c est 2000 pour monter en camion et on ne nous a rien demandé pour prendre les photos. Les femmes n ont pas le droit d accéder à un tout petit périmètre. Ça ne change vraiment pas grand chose…

  4. natchou Reply

    Salut. Je viens d’y aller aujourd’hui et le trajet en camion coûte 2500 kyats soit 5000 l’aller – retour. Et il n’y a rien à payer pour les photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.