Myanmar, à la découverte de Mawlamyine

Myanmar, à la découverte de Mawlamyine

Mawlamyine ou Moulmein est considérée comme la 3ème ville du Myanmar, avec ses 500 000 habitants (dont ¾ de Môns et de nombreuses autres minorités ethniques birmanes, indiennes, chinoises, etc.). La ville est cependant étalée et on ne ressent pas ce poids démographique. Elle parait même très calme à côté de l’ancienne capitale Yangon.

Mawlamyine a été, pendant près de 25 ans, la capitale de la Birmanie britannique entre 1827 et 1852. Il faut dire qu’elle est située dans un endroit stratégique et que les colons anglais ne l’ont pas choisi par hasard. Elle a un port pouvant accueillir des navires à fort tonnage et surtout elle n’est pas très éloignée de la frontière thaïlandaise. Cette position lui a permis de développer le commerce du tek, mais aussi de nombreuses denrées en provenance de toute l’Asie du Sud-Est.

Aujourd’hui, elle peut s’enorgueillir de posséder un port, une gare ferroviaire (toute neuve, ce qui n’est pas le cas des voies ferrées), une gare routière et d’un aéroport (dont le tarmac a été refait en 2014). Depuis 2005, son réseau routier a été amélioré grâce à la jonction avec la ville de Martaban par le pont enjambant la Salouen ou la Thalwin. Il est le plus long pont du Myanmar avec ses 7 km de long.

Mawlamyine est souvent présenté comme la ville qui a inspiré deux auteurs anglais Rudyard Kipling et George Orwell. Si les envolés lyriques correspondaient à la beauté de la ville à l’époque, il faut reconnaître qu’il est moins évident de s’épancher sur ses charmes de nos jours. Les stigmates du développement urbain, de la pollution ont largement terni le portrait si enjoué qu’en faisaient les deux écrivains. Dommage. Car le capital est là, mais la seule vue des berges et des tonnes de plastiques, de détritus en tous genres calment un peu le visiteur. Il faut donc passer outre ces aspects peu ragoûtants pour découvrir le patrimoine suranné de Mawlamyine.

Il y a quelques beaux temples sur les hauteurs, un marché riche en couleur et une ville qui est pris par une modernité qu’elle ne maîtrise pas tout à fait. Malgré cela, Mawlamyine est sans aucun doute une ville qui demande un peu de temps, mais qui est à visiter.

Les infrastructures hôtelières sont parfois défaillantes (le summum de la médiocrité, de la saleté et du« foutage de gueule » revient sans problème à la Breeze Guest House et à son business basé sur l’exploitation de petites mains), mais heureusement, d’autres hôtels/Guesthouses relèvent le niveau.

Pour plus d’informations sur les choses à faire, à voir et pour trouver quelques bonnes adresses pour se loger voir notre eGuide sur les Régions du Sud.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tagged under

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!