La Thaïlande, une société du jeu ? (1/2)

« Les hommes ne sont jamais plus ingénieux que dans l’invention des jeux » disait le philosophe Leibniz, au XVIIème siècle…

La Thaïlande une société du jeu (5)

Depuis la citation deLeibniz, les hommes ont été très créatifs : loto, tiercé, jeux de société, sans oublier le flot des tous les « games » conçus pour les nouvelles technologies. Les sociétés semblent accorder de plus en plus d’attraits aux phénomènes ludiques. S’il apparait évident qu’il y a une véritable prégnance du jeu en Occident, qu’en est-il en Asie et plus spécifiquement en Thaïlande ?

Au premier abord, la Thaïlande ne semble pas s’écarter des modèles de sociétés que les sociologues et les anthropologues étudient habituellement. On retrouve les 4 grandes catégories classiques initiées par le sociologue et essayiste Roger Caillois, il a maintenant plus de 50 ans :

Dans cette typologie, Roger Caillois souligne la domination des jeux à base de compétition ou de concours. Ils reposent sur le principe d’une règle commune partagée entre tous les participants. On s’accorde sur une forme de contrat ludique, même si certains s’y dérobent par la ruse ou la tricherie… Mais le principe demeure, il faut un gagnant. C’est une vaste catégorie, car elle regroupe tout autant les jeux de cartes, de plateau (le majong) que des jeux plus physiques tels que le badminton ou le Sepak takraw – un jeu emblématique thaïlandais, très populaire, dans lequel est utilisé une balle en osier. La règle principale est que la balle ne touche pas le sol… Le jeu à compétition peut se transformer aussi en épreuve sportive et finir par être professionnel comme la Muay Thai, la fameuse boxe thaïe.

Autre catégorie, les jeux de hasard (alea, en grec, qui signifie la chance). Ici tout est arbitraire, tout le monde a la même chance : le loto en est le meilleur exemple. On peut voir de nombreuses échoppes vendre de petits coupons pour 100 bahts environ dans tous les quartiers de Bangkok et dans toutes les villes thaïlandaises. C’est avec les courses hippiques, les seuls jeux d’argent autorisés officiellement en Thaïlande.

3ème type : les jeux de mimétisme ou de simulacre. Les joueurs prennent un rôle et font semblant d’être une personne, une entité vivante dans un univers matériel ou virtuel. Ici on retrouve évidemment les jeux de rôle dont les enfants du monde entier sont si friands. A cela s’ajoute les nombreux jeux vidéo où l’on incarne un personnage, où l’on gère une cité, une famille, etc. A côté de cette pratique individuelle, on retrouve en Thaïlande des jeux de mimétisme faisant partie du patrimoine, comme on peut le voir avec le Théatre Kon qui est un mélange subtil entre jeu et art. Il s’agit là d’une pratique institutionnalisée.

Enfin, dernière catégorie, tous les jeux qui procurent quelques montées d’adrénaline. Dans le vocable anthropologique, on utilise le terme grec Ilinx qui signifie « tourbillon d’eau » afin d’insister sur le fait que ces jeux font tourner la tête, comme lorsqu’on est sur un manège ou un toboggan. Ils modifient l’état initial de l’individu mais aussi de la société en chamboulant l’ordre social. C’est des jeux que l’on peut voir notamment lors des carnavals ou des grandes fêtes, comme à Songkran en Thaïlande. On s’arrose, on danse, on bouscule les habitudes à grands coups de jeux d’eau.

Si une typologie en sciences humaines permet de cerner et de présenter globalement un sujet, elle peut aussi avoir quelques lacunes, en raison de spécificités culturelles non prises en compte par l’auteur. En effet, si l’on prend la typologie présentée ci-dessus et certaines pratiques que l’on peut observer en Thaïlande, il y a des jeux où des situations de jeu qui bouleversent un tant soit peu cette présentation. Il y a, par exemple, cette notion du jeu dans le jeu que l’on retrouve sur de nombreux plans et qui interroge, comme on peut le voir avec les paris… mais nous verrons ce point dans notre prochain post !

Tagged under

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *