Un jeu traditionnel de balle, le chilon

A la tombée du jour, que ce soit à la ville ou à la campagne, de nombreux birmans se mettent à jouer avec une balle en rotin de 15 cm de diamètre. Le chilon (la chilone?)

 

Le chilon est une vieille pratique datant de plus de 1500 ans. Il existe de nombreuses variations de ce jeu alliant sport et spiritualité dans tous les pays d’Asie du Sud Est. Du coup, les règles varient d’une région à une autre. Nous allons en présenter sommairement 3, mais il en existe sûrement beaucoup d’autres.Dans une rue à Yangon, jeu du chilon ou de la chilone

La première variante de chilon

La première se situe plus entre le sport et la danse, 6 joueurs se passent la balle. Le principe est simple : un cercle est dessiné au sol, un des joueurs se place à son centre et doit réaliser des figures, les 5 autres s’associent et l’aident dans son exercice. Le but étant que la balle ne tombe pas à terre. Si c’est le cas, le joueur au centre passe son tour et la partie recommence.

La deuxième variante

Il existe une forme dérivée de cette première version, le but est toujours le même, se passer la balle mais cette fois-ci en essayant de la faire entrer dans un cercle suspendu à plusieurs mètres de hauteurs. Nous l’avons observé en Thaïlande, et pour tout reconnaître, n’avons pas saisi la totalité des règles.

Cependant, le spectacle est impressionnant par son aspect acrobatique. Les joueurs doivent savoir capter une balle et avoir suffisamment de dextérité pour la passer dans de bonnes conditions à un des partenaires pour que celui-ci tente de la faire entrer dans le cercle. Les joueurs sont donc d’excellents jongleurs tant pour la réception que pour le lancé. Le chilon est donc un jeu exigeant dans la technicité et dans les qualités sportives des participants. C’est un jeu rapide, où il faut être attentif et endurant.

Troisième variante

L’autre forme de jeu, que l’on trouve beaucoup fréquemment en Thaïlande se diffère par son aspect compétitif. Deux équipes de 4 joueurs se battent l’une contre l’autre. Face à face sur un terrain, les deux équipes se renvoient la balle sur un court similaire. Le jeu se pratique sur un terrain de même largeur et de même longueur qu’un terrain de badminton.  Au milieu, le filet placé à environ 1m 7O et large de 80 cm, scinde le terrain en deux. Les joueurs de chilon doivent donc faire passer la balle d’un camp à l’autre par-dessus ce filet.

On le comprend aisément la pratique de ce jeu demande à chacun des participants une grande souplesse, sachant qu’on ne peut toucher la balle qu’avec les pieds, les genoux, les cuisses, la tête, etc. tout sauf les bras et les mains. Donc passer la balle au-dessus du filet nécessite souplesse, agilité et technicité. Le plus remarquable pour le spectateur béotien est sans aucun conteste le smash. En effet, le joueur doit effectuer ce coup à une hauteur avoisinant les 2 m. Spectaculaire !

Il existe d’autres variantes de ce jeu en Asie, on peut voir une démonstration dans ce post

Tagged under

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.