Théo Courant

 

Chroniques quotidiennes d'infos culturelles, de trucs et astuces pour les voyageurs et autres curieux en Asie du Sud-Est!



THeoCOurant

Du Bouddha géant à la Terre des enfers, le Wat Phai Rang Wua

Etrange, mystérieux, démesure, paradoxal quelques adjectifs quantifiant le Wat Phai Rang Wua qui a en son cœur la plus grande statue en bronze représentant le Bouddha et une terre des enfers tout droit sortie d’un walking dead en plâtre.

Perdu au milieu de la campagne, dans la province de Suphanburi le Wat Phai Rang Wua est surtout connu pour posséder une énorme statue du Bouddha. Mais celui ou celle qui s’y rendent sont souvent surpris par la grandeur de ce Wat particulier et de l’atmosphère qui s’en dégage.

La statue du Bouddha et ses répliques

On la voit de loin, de très loin, il faut dire que les alentours sont monotones, sont sans reliefs. Rizières à perte de vue coupées par des routes bien rectilignes qui rejoignent l’autoroute. La campagne n’est pas en soi spécialement belle et laisse quelque peu indifférent. Il faut dire que si l’on vient ici c’est pour le voir et quand on aperçoit la fameuse statue – le Phrai Kakusantha – on ne la quitte plus des yeux. C’est le point de repère, le point central de la visite. Pourtant une fois franchi la porte du temple, le regard lâche prise et s’attarde obligatoirement sur le temple principal. Enorme, il est un subtil mélange d’architecture classique adapté aux matériaux modernes. On s’y attarde un peu. De l’autre côté  de la rue principale, à une cinquantaine de mètres du temple, est  érigée toute une série de statues de Bouddha assis de 4 à 5 mètres de haut. Chose surprenante, il s’agit de fait de statue signalant le tombeau de famille. Dorées, blanches, plus ou moins âgées, elles sont toutes orientées vers un seul et unique point, celui d’une statue de Bouddha debout avec la main ouverte. Son regard à elle pointe directement sur le dos du Phrai Kakusantha qui domine tout. Haut de 26 mètres, en bronze recouvert de stuc blanc, il s’agit de la plus grande statue au monde de Bouddha dans ce style et dans ce matériau. Impressionnant.

La terre des enfers, Land of Hell

Au pied de cette imposante et noble statue, on peut lire sur un panneau l’indication Land of Hell… Effectivement, une fois que l’on a emprunté un petit ponton, une frontière symbolique est franchie, le visiteur est sur les rives du Styx. Après la sagesse et la grâce, voici venu le temps des limbes et du feu éternel. Corps démembrés, dépecés, décapités, tous ces hommes et ces femmes sont dans une forme de Schéol bouddhiste, un monde du silence où même les cris ne peuvent exister, où seul la souffrance et la douleur règnent comme mots (maux) d’ordre. L’artiste-moine du Wat Phai Rang Wua a lui pris un plaisir certain à créer ce pandémonium. En son centre, sous le regard de statues géantes bouffées par des pustules de syphilis, s’élève un moine bouddhiste qui de par son prêche et de par sa sagesse semble indiquer le chemin de la révélation… Peu importe l’interprétation que l’on souhaite donner à cette Terre des enfers, le résultat est bluffant. L’accumulation des statues, des visages et des corps décharnés laissent aux visiteurs une impression de se retrouver dans un épisode de Walking Dead version art brut.

Informations pratiques pour se rendre au Wat Phai Rang Wua

Le temple est sur la route entre Suphanburi et Bangkok. Il n’y a pas de bus direct. Pour s’y rendre soit prendre un bus en direction de Suphanburi ou inversement, dans l’autre sens, un bus pour Bangkok. Dans tous les cas, il faut prendre la  Higway 340 et s’arrêter à Amphoe Lat Bua Luang, Chang Wat Phra Nakhon. De là, il suffit de traverser et de prendre le bus 68 qui passe toutes les 30 mn environ. Il passe devant l’entrée principale. La visite demande un peu de temps et d’organisation.

Tagged under

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :