La vallée des rubis de Joseph Kessel

Couverture d’ouvrage : La vallée des rubis de Joseph Kessel

La vallée des rubis de Joseph Kessel

Vous partez pour la Birmanie ou vous voulez vous immerger dans une région du Myanmar qui est, encore aujourd’hui, fermée au grand public. Emparez-vous de La vallée des rubis. L’ouvrage est paru en 1955, mais il n’a en rien perdu de sa fraîcheur. S’agit-il d’un roman ou d’une autobiographique ? La question demeure, mais la vallée des rubis conduit son lecteur dans le monde secret des gemmes et des chercheurs de pierres.

C’est aussi la découverte d’un territoire, Mogok, non loin de Mandalay, au nord du pays. Kessel nous dépeint avec précisions mais sans jamais entrer dans un pointillisme rigoureux, sa nature luxuriante et ses traditions. Tout est ici organisé autour d’une seule chose : la recherche de la pierre la plus précieuse et la plus convoitée au monde, le rubis, le Pigeon’s blood. Histoire de pierres, La vallée des rubis, n’est pas que ça… c’est aussi une intrigue autour d’un vol dont toutes les facettes n’ont pas été totalement levées, c’est la confrontation d’un homme et d’une culture et c’est surtout la rencontre de personnages d’une rare singularité par leurs histoires et leurs rapports au monde.

Livre d’une légende, livre d’un récit de découverte et d’initiation à un monde secret, livre sur une région mystérieuse, c’est un peu tout ça à la fois. Kessel offre ici un roman qui se dévore grâce à un style simple, mais d’une belle et noble richesse : « Fraicheur et délices… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!