Bangkok, les salles de gym en plein air

Quel curieux paradoxe de parler de « salles » de gym et de l’associer « à plein air » et pourtant, Bangkok regorge de multiples lieux où l’on peut pratiquer cette bizarrerie sémantique.

Que ce soit les parcs, les cimetières, les espaces verts, les petites places, il est fréquent de trouver de petits endroits où l’on peut pratiquer une activité sportive. Beaucoup sont couverts mais entièrement ouverts aux 4 vents. Parfois un grillage sert de séparation ou de protection entre un dedans et un dehors somme toute relatif.

Ceux qui ont un toit contiennent tout un panel d’altères, d’appareils à musculation plus ou moins sophistiqués, de vélos, de glaces et pour les mieux lotis de tapis roulants. Pour ceux qui se trouvent totalement à l’extérieur, un coin « activité physique » est réservé aux sportifs du soir et du matin. En pleine journée, la fréquentation est moindre en raison de la chaleur.

Dans ces espaces ouverts, on trouve généralement tout un ensemble d’appareillages plus ou moins en bon état et plus ou moins artisanal. Ainsi dans le petit parc de Thomburi, protégé par la jupe en béton du BTS, un petit bout du parc concentre tout un appareillage digne d’un professeur Tournesol. A base de matériaux de récupération (altères fabriquées avec des ustensiles de chemin de fer, engins de traction construits grâce à des câbles et une potence récupérée dans un chantier de construction navale), tout ce matériel est à disposition gratuitement pour toute personne motivée par des exercices physiques. On a même installé deux grands miroirs afin que le sportif puisse observer sa gestuelle ou ses muscles bandés par l’effort consenti.

La plupart du temps, ces salles de gym sont gratuites. On y voit aussi bien les hommes que les femmes, que les jeunes adolescents et les personnes d’âges avancés. Ce sont des lieux très sociables, où l’on vient aussi bien pour pratiquer du sport afin de s’entretenir ou d’évacuer les stress, que des espaces où l’on se retrouve entre amis ou connaissances avant de rentrer chez soi.

Bangkok étant une cité dense et où les zones vertes sont rares, chaque lieu qui dispose un tant soit peu d’espaces loin de toutes voitures est donc investi, que ce soit les parcs ou les cimetières. Chose apparaissant pour un occidental quelque peu surprenant, on s’époumone, on pousse quelques cris d’effort, non loin de silencieux caveaux et de famille venant se recueillir.

Salle de gym en plein air, activités physiques dans un cimetière, nous sommes ici dans un éloge du paradoxe …

Tagged under

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.