Bangkok, à la découverte de la presqu’île et du parc de Prapradaeng (1/2)

Voici un lieu étonnant, blottit à quelques encablures du centre-ville de Bangkok, le parc de Prapadaeng est bordé de part en part par la rivière Chao Phraya, transformant ce morceau de terre en une presqu’île protégée de bon nombre de désagréments urbains.

Bangkok, à la découverte de la presqu’île et du parc de Prapradaeng (1/2)

Si l’on s’amuse à regarder la carte de la Cité des Anges, on se rend vite compte que ce havre de paix dispose d’un espace plus que conséquent. C’est sans doute ça le plus étonnant quand on arrive sur place, c’est cette proximité de la campagne, alors que se dessinent au loin les buildings et autre tours.

En fait, Prapradaeng est une zone hybride : elle est tout à la fois une zone habitée, mais aussi une réserve naturelle. Elle est protégée de l’effervescence de Bangkok, mais a de nombreux stigmates de la mégalopole (pollution entre autres des sacs plastiques). Elle est très bien entretenue dans des zones précises et totalement laissée à l’abandon dans certains coins. L’atmosphère peut être très nonchalante, invitant à la promenade et au laisser-aller, mais dès que l’on rejoint la route principale, le rythme effréné des rues bangkokoises fait son retour.

Prapradaeng est en fait une zone humide, parcourue par de nombreux canaux qui profite à une faune et une flore riches et variées. Il y a beaucoup d’insectes, d’oiseaux, tortues et autres animaux. Le parc a par ailleurs joué la carte pédagogique : on trouve facilement des informations sur l’écosystème présent. Le parc Sri Nakhon Kuhuen Khan est idéal pour se balader, flâner, pique-niquer en famille ou entre amis.

L’autre grand intérêt de Prapradaeng est bien évidemment son floating market, le marché flottant. Il se tient tous les weekends. Bien sûr, il n’a rien à voir avec le marché flottant d’antan. Les choses ont bien changé et pour les conditions de travail des commerçants c’est peut-être mieux. Le marché (couvert) est disposé le long d’un canal. Là quelques marchands de soupes et autres mets font leur cuisine dans de larges barques. Les clients peuvent déguster, pour quelques bahts, ses préparations sur le quai. L’ambiance est assez sympathique. Il y a des touristes et des locaux qui profitent d’un marché bien achalandé en produits artisanaux. On peut acheter quelques tissus Mon ou birmans, des sucreries, des produits de beauté (crèmes et autres hydratants), des plantes (les prix sont très compétitifs), etc. le choix est vaste.

Après le parc et le marché, la visite peut aussi être plus culturelle car Prapradaeng dispose aussi de quelques jolis temples que ce soit au port de Bang Nam Phueng, Bangka Chao Temple ou le Par Ked Temple. Chacun d’eux est resté en état, polis par les moussons, mais gardant toujours un aspect solennel.

Il est possible d’aller observer quelques spécimens de poissons à la Thaï Fighting Fish Gallery, autant le dire tout de suite, c’est un endroit ridicule : sont disposés dans des vases, des bouteilles d’eau, des semblants de bocaux, de pauvres petits poissons qui attendent entre deux eaux la fin de leur existence. Inutile de perdre son temps, il est préférable de se balader et de se perdre dans les chemins labyrinthiques de Prapradaeng, c’est tellement plus agréable.

Pour se rendre à Prapradaeng voir ce post ici

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Chargement
Centrer
Circulation
A vélo
Transports

 

Tagged under

1 Comment

  1. Franck Reply

    Un marché flottant de Bangkok que je ne connaissais pas. Malheureusement, comme vous dites, ils ont un peu perdu de leur âme.
    En tête, le plus grand, celui de Dammoen Saduak, à 80 km de Bangkok

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!