Théo Courant

 

Chroniques quotidiennes d'infos culturelles, de trucs et astuces pour les voyageurs et autres curieux en Asie du Sud-Est!



THeoCOurant

Bangkok décalé : un café, un tricot

Il y a parfois des visions étranges ou des décalages incompréhensibles. Théo Courant ne publie pas quotidiennement pour aborder des sujets sur telle ou telle boutique ou sur quelle tendance est en train d’éclore chez les jeunes post-pubères. Non, en principe, les sujets concernent une thématique large sur le voyage ou la découverte d’une ville, d’un lieu, d’une région. Aujourd’hui c’est donc une entorse à la règle car nous avons découvert ce café/boutique d’apprentissage bien particulière : le Bigknit café.

Quand vous observez sa devanture, vous apercevez un assemblage de peluches et de cousins tassés et comprimés les uns sur les autres. Le réflexe est de penser qu’il s’agit ici d’un lieu destiné aux enfants. En fait à l’intérieur vous découvrez un espace consacré surtout à un matériau, la laine. Tout un pan de mur offre un grand choix. Un assortiment immense de couleurs, des fils plus ou moins épais, plus ou moins doux, bref un bel éventail de matière première. Car ici, on vient tout autant boire un petit café ou manger une des petites pâtisseries-maison qu’apprendre les différentes techniques de tricotage. Et il y en a beaucoup. On s’inspire autant de l’Asie que de l’Europe. Sont ici fabriquer les traditionnels chandails, gilets, cardigans que des sacs ou des peluches beaucoup plus contemporaines. L’esprit est large comme en témoigne les nombreuses confections présentées dans le café (qui sont proposées, par ailleurs, à la vente). Du choix de la qualité c’est certain, mais se retrouver dans un cours d’apprentissage de tricotage alors qu’à l’extérieur la température frôle les 30°C (sans oublier l’humidité avoisinant les 90%) peut surprendre ! Certes la climatisation est omniprésente dans l’ensemble des constructions de Bangkok, mais la chaleur ambiante donne sans aucun doute plus envie de prendre une douche que de porter un pull en cachemire ou en angora… Mais en y regardant d’un peu plus près, ce ressenti ou ce constat trivial disparaît rapidement. En effet, on se rend compte que d’autres éléments entrent en considération et expliquent le succès de ce café sous des latitudes aussi chaudes. Il y a évidemment pour beaucoup de clients l’envie d’apprendre et de maîtriser une technique demandant attention et sérénité. Mais ce n’est pas tout, il y a une ambiance toute singulière au Bigknit, les conversations sont feutrés, on apprend en chuchotant, les gestes sont doux, on s’entraide, on crée un lien social. Nous sommes dans ce café dans l’opposé même de Bangkok, ville bruyante, agitée et individuelle. Il y a cette recherche de la part des propriétaires d’en faire un lieu communautaire, où l’on consomme tout en produisant quelque chose qui ne peut que valoriser. Il y a donc chez Bigknit quelque chose qui est bien Beatnik. Le Bigkit café est situé sur la soi 49 Sukumvit Road, juste à côté de l’hôpital dentaire ou à 200 m de l’hôpital Samitivej.

Tagged under

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :