Bangkok Art and Culture Center ou le fake Guggenheim

Comme toutes les capitales asiatiques, Bangkok a depuis quelques années son centre d’Art Contemporain, le Bangkok Art and Culture Center – le BACC.

Bangkok Art and Culture Center ou le fake Guggenheim

 Quand on lit les dernières synthèses sur les ventes, les productions et expositions de l’art contemporain, on ne peut que constater du dynamisme de toute l’Asie sur ce sujet.

Mais entre quantité et qualité, il y a souvent un vide abyssal. Le BACC reflète en quelque sorte cette spirale que l’art contemporain semble avoir pris, celui du grandiloquent et du n’importe quoi…

Le BACC est un bâtiment d’une grande surface, dont les architectes ou plutôt les maîtres d’œuvre ont puisé leur inspiration dans le Guggenheim de New York. Mais entre le vrai et la copie, il y a beaucoup de différences, et l’original est loin d’être dépassé. D’un point de vue architectural, les ressemblances sont frappantes, mais la copie est bien pâle. L’élément si caractéristique du Guggenheim est sans conteste son large couloir descendant en forme de colimaçon. Là où à New York, on peut admirer des œuvres d’un bel intérêt, tout en progressant tranquillement, celui de Bangkok demande une attention toute particulière. Ce n’est pas les œuvres affichées qui déconcentrent le long de ce corridor, non, car il n’y a rien, juste un mur blanc. Ce qui demande un peu de concentration c’est la montée ou la descente des derniers étages car l’inclinaison est trop importante et devient accidentogène. Certains jours, il est préférable d’emprunter les escaliers à l’arrière car le corridor se transforme en piste de bobsleigh (le couloir est alors fermé).

La conception du musée est une chose, mais le contenu est aussi assez singulier. A l’intérieur on est d’abord surpris de trouver des artistes faisant des caricatures au fusain tels que l’on peut en voir au bord de la Seine (le portrait d’un visiteur côtoyant les visages des personnages des seigneurs des anneaux et autres blockbusters).

Le long des 3 premiers étages du couloir en colimaçon, on peut voir des centaines de petits portraits de visiteurs, de plantes et de la princesse – fille du roi Rama 9. Tout cela en violet, car il s’agit de la couleur de la princesse.

L’étage supérieur est le lieu d’exposition d’un grand nombre de toiles, où la naïveté le dispute à la maladresse. Les informations sont peu nombreuses et la plupart du temps en thaïes. Le fond est pauvre et seule une vidéo a entraîné un débat au sein de notre équipe : « The Class » de Disaphol Chansiri. Cette vidéo représente « l’artiste » – qui est également médecin (légiste ?) dans la vie civile – en train de faire la classe à 6 corps étendus dans des civières (s’agit-il de vrais corps ou pas… les questions éthiques et morales sont alors à poser sur ce genre de production).

Le 5ème étage est réservé aux expositions temporaires. C’est le plus intéressant. Actuellement on peut découvrir la 4ème Triennale « Print and Drawing Exhibition ». Réunissant plus de 940 artistes venant du monde entier et regroupant près de 2315 pièces (les meilleures sont exposées). Il y a quelques productions intéressantes comme celle de la française Paule Feres ou des japonais Masaka Kuroyanaki et Kuniko Sataka. Mais rien de vraiment transcendantal.

Enfin le dernier étage regroupe un ensemble de tableaux totalement dévoué à la princesse… Étrange et vraiment unique ! Nous nous n’épancherons pas plus sur cet étage…

Informations

  • Ouvert du mardi au dimanche de 10h00 à 21h00
  • Entrée gratuite
  • 939 Rama 1 Road, Pathum Wan, Bangkok 10330, Thaïlande
  • Site officiel : http://www.bacc.or.th/
  • Print and Drawing Exhibition du 14 mai au 2 août 2015.
  • Chargement
    Centrer
    Circulation
    A vélo
    Transports

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Enregistrer

Tagged under

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!